Actualités

CHLORDÉCONE : Le double enjeu sanitaire et environnemental

Actualité publiée il y a 11 années 3 mois 2 semaines
Ministère de la Santé

Le Plan d’action contre la pollution par la chlordécone en Guadeloupe et en Martinique 2011 - 2013 vient d’être adopté par le gouvernement afin de poursuivre les actions et mesures concernant la contamination par la chlordécone. Ce Plan déjà prévu depuis les résultats de l’étude Karuprostate réalisée par l’Inserm, a 4 objectifs principaux, mieux connaître, mieux surveiller, mieux prévenir et mieux gérer les situations de contamination.

Le chlordécone est un produit antiparasitaire qui a longtemps été utilisé en Martinique et en Guadeloupe pour lutter contre le charançon du bananier. Cette substance très stable a été détectée dans les sols et peut contaminer certaines denrées végétales ou animales, ainsi que les eaux de certains captages.


En juin 2010, une étude de l'Inserm, l'étude Karuprostate publiée dans le Journal of Clinical Oncology avait fait réagir le Ministère de la Santé qui annonçait que le plan chlordécone 2008-2010 serait suivi d'un deuxième plan 2011-2013. C'était la première étude épidémiologique montrant une possible association entre une exposition au chlordécone et une augmentation de 80% du risque de survenue d'un cancer de la prostate.

Le dernier bilan de février 2011 de la pollution par le chlordécone, mise en évidence en 1999 en Martinique et en Guadeloupe de l'Institut de veille sanitaire, a montré « L'existence d'une association entre l'exposition aux pesticides et le risque de survenue de myélome multiple ». Mais aussi, une population mal informée et toujours fortement exposée par l'alimentation démontrée soit par dosage direct dans les matrices biologiques (sang, lait et graisses), soit de façon indirecte par le calcul de l'apport alimentaire en chlordécone, à partir de données de consommation et de contamination des aliments. Ont été fortement touchés, en particulier, les anciens travailleurs agricoles de la banane, les consommateurs de produits de la mer et les consommateurs de légumes racines en zone contaminée. Lors cette étude, le chlordécone avait été détecté dans 40% des prélèvements de lait maternel.

Aujourd'hui, sur le plan de l'exposition alimentaire, l'Anses finalise l'évaluation de l'exposition des jeunes enfants au chlordécone et réexamine ses recommandations en termes de maîtrise du risque alimentaire à la lumière des résultats de l'étude « Karuprostate ». Une soixantaine de pesticides sont actuellement recherchés dans des échantillons alimentaires prélevés aux Antilles. Les résultats permettront de caractériser pour la première fois à l'échelle des Antilles le risque associé à l'exposition alimentaire aux résidus de pesticides.

2011-2013, dans la continuité du précédent s'appuiera sur la mobilisation des acteurs locaux autours de “36 actions” pour un montant de 31 millions d'euros. Il intègre un volet contre la polution marine, au delà de la modernisation de l'agriculture comportant une meilleure surveillance des milieux marins, de l'évolution de la contamination du milieu marin et de ses effets sur les écosystèmes marins. L'objectif est de réduire l'exposition de la population à la pollution que ce soit à travers la consommation de produits agricoles que de produits de la mer.

Ce qui passe également par la nécessité d'un soutien aux productions de l'aquaculture et de la pêche et à leur reconversion.