Vous recherchez une actualité
Actualités

COCAÏNE: Le gène qui rend l'ado plus vulnérable à l'addiction

Actualité publiée il y a 8 années 5 mois 2 semaines
Journal of Neuroscience

Exposé à la cocaïne, le cerveau de l'adolescent développe un mécanisme de défense pour minimiser les effets de la drogue, expliquent ces scientifiques de la Yale. 2 nouvelles études viennent d’identifier les gènes clés qui régissent cette réponse et ouvrent la voie à de nouveaux traitements, qui en ciblant ce mécanisme de réaction, pourraient permettre de réduire l’addiction à la cocaïne. Ces résultats, publiés dans l’édition du 15 février du Journal of Neuroscience contribuent aussi à expliquer pourquoi le risque de toxicomanie augmente lorsque la consommation de cocaïne commence à l'adolescence. Les chercheurs montrent que la vulnérabilité à la cocaïne est beaucoup plus élevée à l'adolescence, quand le cerveau est « plastique » et que les connexions neuronales passent d'une phase de croissance explosive à une phase plus stable caractéristique de l’adulte. Des études précédentes menées à Yale, ont montré que la forme et l’évolution des neurones et des connexions synaptiques peuvent être modifiées, en cas d’exposition à la cocaïne, par les voies moléculaires régies par le gène beta1 intégrine, crucial pour le développement du système nerveux.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

« Cela suggère que ces changements structurels observés participent à la protection des circuits neuronaux, comme un premier mécanisme de défense des neurones lorsqu'ils sont exposés à la cocaïne », explique Anthony Koleske, professeur de biophysique moléculaire, de biochimie et de neurobiologie à Yale, auteur principal des 2 articles.


Un gène clé: Dans la seconde étude, les chercheurs de Yale montrent qu'en coupant cette voie, les souris ont « besoin » d'environ 3 fois moins de cocaïne pour présenter des changements de comportement identiques à ceux observés sur des souris à voie intacte. La recherche suggère donc que la voie intégrine beta1 pourrait expliquer pourquoi certains utilisateurs de cocaïne deviennent « accros » à la cocaïne alors que d'autres usagers échappent à l'addiction.

« Une fois totalement désensibilisé à la cocaïne, il n'y a plus aucune de chercher de la drogue », conclut le chercheur. Les Dr. Koleske et Jane R. Taylor, professeur de psychiatrie et de psychologie, auteur du premier article travaillent actuellement avec d'autres chercheurs de Yale autres pour identifier d'autres gènes qui pourraient jouer un rôle dans la désensibilisation du cerveau à la cocaïne.

Source: Journal of Neuroscience 15 February 2012, 32(7):2314-2323; doi:10.1523/JNEUROSCI.2730-11.2012 “Arg Kinase Regulates Prefrontal Dendritic Spine Refinement and Cocaine-Induced Plasticity” (Visuels NIH-NIDA)

Autres actualités sur la Cocaïne

Lire aussi : COCAÏNE: Femmes et hommes inégaux face l'addiction -

Autres actualités sur le même thème