Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉMENCE: Et si on la détectait par téléphone?

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 2 semaines
Journal of Aging Research

La majorité des personnes âgées seraient tout à fait partante pour un petit test de détection de la démence par téléphone, révèle cette étude de l’Université de l'Indiana, et cela quel que soit leur origine ethnique, leur sexe ou leur âge. Une piste intéressante alors que le dépistage de la démence en soins primaires reste insuffisant et qu’il est possible de développer des tests téléphoniques efficaces pour une première détection.

Malgré la hausse des taux de prévalence de la maladie d'Alzheimer et des autres formes de démence, de nombreuses personnes atteintes de déficience cognitive ne sont pas diagnostiquées, « passent inaperçues » et donc ne recevront jamais ni diagnostic ni thérapie, explique le Dr Nicole Fowler, du centre de l'Université d'Indiana pour le vieillissement. « Il est important que les patients pèsent bien les risques et les avantages d'une détection précoce de la démence », ajoute-t-elle. En 2013, les autorités sanitaires américaines avaient d'ailleurs alerté sur l'insuffisance du dépistage systématique de la démence en soins primaires.


Ce test de dépistage de la démence par téléphone serait conçu pour détecter des troubles nécessitant une évaluation diagnostique plus approfondie. Son acceptation a été évaluée au moyen d'un sondage téléphonique mené auprès de 400 patients âgés exempts de diagnostic de démence :

· moins de 2% ont été interrogés par leur médecin sur d'éventuels troubles de mémoire,

· 63% se déclarent partants pour un tel test,

· et c'est moins que les 90% obtenus lors d'une étude de 2012 par la même équipe, menée par entretien en face à face.

· les 2 facteurs prédicteurs les plus significatifs de la volonté d'être testé par téléphone sont la conscience claire des avantages d'une détection précoce du déclin cognitif et le fait d'avoir un proche atteint de la maladie d'Alzheimer.

L'étude fournit ainsi des pistes de réflexion pour améliorer ce dépistage de la démence. Elle appelle indirectement les médecins communautaires et de soins primaires à être eux-mêmes plus conscients des avantages d'informer les personnes âgées sur le dépistage de la démence.

Un dépistage par téléphone qui serait moins coûteux et probablement plus systématique qu'au cabinet du médecin.

Source: Journal of Aging Research 6 April 2015 DOI: 10.1155/2015/423265 Older Primary Care Patients' Attitudes and Willingness to Screen for Dementia

Plus d'études sur la Démence

Autres actualités sur le même thème