Vous recherchez une actualité
Actualités

EBOLA: Et si le médicament anti-Ebola existait déjà ?

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 4 jours
Journal of Virology

Et si le médicament anti-Ebola existait déjà ? Une classe thérapeutique connue qui pourrait « livrer » un traitement efficace de l’infection à Ebola ? C’est ce que suggère et commence à tester cette équipe de l’Université de l’Illinois. Il s’agit de certains récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) – des molécules qui constituent la cible d’environ 30% des médicaments existants... Cette première étape présentée dans le Journal of Virology aboutit déjà à 20 composés disponibles et prometteurs.

Les RCPGs forment une classe bien connue de molécules, dont beaucoup sont déjà utilisées en thérapeutique. Les RCPGs interagissent avec de nombreux partenaires on les qualifie de « GIPs », ou GPCR-interacting proteins. La plupart de ces GIPs vont interagir avec la membrane cellulaire ou avec des séquences spécifiques de domaines intracellulaires. Cette étude de l'université de l'Illinois (Chicago) montre que ces molécules pourraient être en mesure de bloquer l'entrée du virus Ebola dans les cellules et de stopper le développement de l'infection.


L'espoir des agonistes de RCPG : L'auteur principal, le Dr Lijun Rong, professeur de microbiologie et d'immunologie et auteur principal de l'étude, rappelle que si les virus Ebola et Marburg sont parmi les plus contagieux et les plus mortels, qu'il existe un besoin énorme d'un traitement efficace, cette grande famille de protéines déjà bien connue en thérapeutique pourrait se révéler être une thérapie efficace.

Les chercheurs montrent ici que les virus Ebola et Marburg utilisent aussi ces récepteurs couplés aux protéines G (ou RCPG) pour pénétrer la cellule hôte, une fois « arrimés » à la membrane de la cellule. Bloquer l'entrée du virus avec un médicament qui ferme ce récepteur pourrait être une stratégie intéressante.

  • Autre avantage, alors que les RCPG sont impliqués dans de nombreux médicaments comme certains antihistaminiques ou autres, tous ces antagonistes des récepteurs couplés aux protéines G apparaissent comme des médicaments prometteurs, à tester contre le virus Ebola. C'est ce qu'a entrepris l'équipe, qui a « criblé » un millier de composés, pour en sélectionner à ce jour 20 qui semblent en mesure, en bloquant les récepteurs RCPG, d'empêcher les virus Ebola et Marburg de pénétrer dans les cellules.

Cette première étape ouvre ainsi une nouvelle voie anti-Ebola, avec « un immense répertoire » à tester, concluent les auteurs.

Source: Journal of Virology 22 July 2015, doi: 10.1128/JVI.01337-15 Inhibition of Ebola and Marburg viral entry by G protein-coupled receptor antagonists

Lire aussi:

VACCIN anti-EBOLA: Efficacité confirmée avec injection 7 jours avant l'infection

EBOLA: Un candidat vaccin parvient à 100% à ceinturer l'épidémie -

Autres actualités sur le même thème