Vous recherchez une actualité
Actualités

FÉCONDITÉ: Le sperme français victime des perturbateurs et des pesticides

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 2 semaines
InVS

Evoqués, à nouveau, les effets des perturbateurs endocriniens et les pesticides, avec cette étude de l’Institut de veille sanitaire qui alerte une nouvelle fois sur la dégradation de la qualité du sperme, dans la majorité des régions de France. Venant confirmer des tendances déjà suggérées par de précédentes recherches, cette étude a la particularité d’analyser, région par région, la concentration et la qualité morphologique des spermatozoïdes.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les résultats, obtenus à partir de l'analyse des données de la base Fivnat regroupant les tentatives d'AMP en France, montrent que la concentration (Visuel de gauche) et la qualité morphologique (Visuel de droite) des spermatozoïdes a baissé dans la quasi-totalité des régions avec une diminution plus importante en Aquitaine et Midi-Pyrénées. La mobilité spermatique, en revanche, augmente légèrement dans l'ensemble des régions à l'exception de la Bourgogne qui suit une tendance inverse.


Perturbateurs et pesticides en cause : La similarité globale des tendances d'une région à l'autre suggère l'intervention d'un facteur ayant pu toucher l'ensemble de la population. Les auteurs suggèrent, sans pouvoir le démontrer, l'exposition croissante aux perturbateurs endocriniens et, pour certaines autres régions, l'exposition aux pesticides.

En conclusion, ces résultats confirment le déclin de la concentration et de la qualité morphologique du sperme à l'échelle de la plupart des régions métropolitaines.

Un long processus de déclin : Ces données viennent compléter celles d'une précédente étude, de décembre 2012, publiée dans la même revue qui montrait une concentration en spermatozoïdes et une qualité de sperme en forte baisse, une diminution inquiétante du nombre de spermatozoïdes normalement formés, une morphologie du spermatozoïde qui se dégrade, bref, un long processus de déclin de la fertilité des hommes depuis les années 90. On peut citer également la conclusion impressionnante de l'étude de l'Université de Murcie, publiée dans la revue Andrology, qui constate une baisse de 38%, en 10 ans, de la concentration du sperme chez les jeunes hommes vivant dans le sud-est de l'Espagne. Ce déclin n'est donc pas spécifique à la France.

Source: Human Reproduction February 24, 2014, doi: 10.1530/REP-13-0499 Semen quality trends in French regions are consistent with a global change in environmental exposure

Lire aussi: FÉCONDITÉ: Les Français sont-ils en train de devenir stériles?

Autres actualités sur le même thème