Vous recherchez une actualité
Actualités

FERTILITÉ: L'AMP ne peut pas remonter l'horloge biologique

Actualité publiée il y a 7 années 8 mois 1 semaine
Fertility and Sterility

C’est en forme d’avertissement que cette étude de chercheurs de la Yale School of Medicine délivre ses résultats dans l’édition du 5 avril de la revue Fertility and Sterility. Car de nombreuses femmes, écrivent-ils n’ont toujours pas vraiment compris les conséquences de retarder la maternité tout en comptant sur les technologies d’assistance médicale à la procréation (AMP) pour stimuler une fonction ovarienne vieillissante. Des conclusions sans détour qui ne seront peut-être pas partagées ou faciles à entendre par de nombreuses femmes qui ont choisi ou été contraintes, pour des raisons professionnelles, financières, ou simplement affectives de retarder leur grossesse au-delà de leurs années les plus fécondes. Ces femmes doivent « être éduquées de façon plus agressive » car si elles sont bien conscientes que la fécondité diminue avec l'âge, c'est souvent lorsqu’elles se heurtent réellement à l'infertilité liée à l'âge qu'elles commencent à comprendre la réalité de la situation, signalent les chercheurs.

« Il y a une vraie fausse idée sur la fertilité chez les femmes», déclare le dr Pasquale Patrizio, professeur au Département d'obstétrique et de gynécologie à la Yale School of Medicine et directeur du Centre de fertilité de Yale. « Nous constatons une déficience de connaissances sur les étapes auxquelles les femmes peuvent programmer « leur procréation » en se préservant d'autres possibilités de conception plus tard dans la vie ». Cette équipe de Yale reçoit de plus en plus de femmes au Centre de fertilité à l'âge de 43 ans et plus, s'attendent à une grossesse rapide et sont déçues d'apprendre que cela ne sera pas facile. «Nous sommes vraiment confrontés à plus en plus de patientes bouleversées après plusieurs échecs », raconte le Dr. Patrizio. « La demande typique de ces patientes est : « Qu'est-ce que vous voulez dire par vous ne pouvez pas m'aider ? Je suis en bonne santé, je fais de l'exercice, et je ne pourrais pas avoir mon propre bébé? ». La popularité croissante des technologies de reproduction assistée a donné aux femmes la fausse impression que la fertilité féminine peut être manipulée à n'importe quelle étape de la vie et ce préjugé est exacerbé avec toutes ces images de célébrités qui donnent naissance à des âges avancés. Mais, selon la Société pour les techniques de procréation assistée (Society for Assisted Reproductive Technologies), le nombre de fécondations in vitro (FIV) effectuées pour les femmes de moins de 35 ans a augmenté d'environ 9% entre 2003 et 2009 alors que le nombre de cycles de FIV réalisées pour les femmes âgées de 41 ans et plus a augmenté de 41%. Mais cette procédure ne débouche pas toujours sur un succès. « Même si le nombre de femmes se tournent vers l'AMP a augmenté, le nombre de grossesses réussies par FIV chez les femmes de 42 ans et plus est demeuré stable à 9% en 2009 », explique le Dr Patrizio qui ajoute : « Et, si la grossesse est atteinte à cet âge plus avancé, les femmes devront faire face à un risque plus élevé de perte de grossesse, de malformations congénitales et d'autres complications ». "En tant que cliniciens, nous devrions commencer à éduquer les femmes de façon plus agressive," déclare le Dr Patrizio. Les femmes devraient recevoir toutes les informations utiles sur le report de la maternité, les risques obstétricaux et le succès limité des techniques de procréation médicale assistée à un âge avancé. La meilleure stratégie, rappellent les chercheurs serait de recourir, en cas de décision de report de la maternité, est la congélation de l'ovocyte. D'autres options telles avec don d'ovules, peuvent aussi conduire à des taux de grossesse les plus élevés. Conclusion, les médecins et les professionnels de santé doivent parler aussi fertilité avec leurs patientes aux âges clés et s'assurer que les femmes ont vraiment bien compris toutes les options.

Autres actualités sur le même thème