Vous recherchez une actualité
Actualités

Insécurité des MÉDECINS: Les généralistes en première ligne

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 2 jours
Ordre des Médecins

Un incident sur 10 à l’encontre d’un médecin reste une agression physique. Avec plus de 900 incidents recensés, depuis 2003, c’est le 3è niveau le plus élevé de violence à l’égard des médecins, selon ce nouvel Observatoire 2014 de la sécurité des médecins 2014. La mise en œuvre d’une politique volontaire de prévention et d’éducation reste donc plus que jamais d’actualité pour l’Ordre des médecins.

Les médecins généralistes restent les plus touchés puisqu'ils représentent 61% des médecins agressés en 2014 (Voir courbe ci-contre). Comme en 2013, les ophtalmologues demeurent les spécialistes les plus exposés (7% des incidents), suivis par les dermatologues (4%) et les gynécologues-obstétriciens (3%).


Sur le territoire, les départements où le plus d'incidents ont été recensés sont le Nord (7% des incidents), les Bouches-du-Rhône (5%) et l'Isère (4%). Les incidents dans les départements d'Ile-de-France restent élevés mais enregistrent une baisse par rapport à 2013 (-25%).

6 incidents sur 10 se produisent en centre-ville tandis que 22% des incidents ont eu lieu en banlieue, un chiffre qui diminue de manière continuelle depuis 2008. Le milieu rural reste le plus préservé avec seulement 14% des incidents déclarés.

Les agressions verbales et menaces restent très fréquentes : Si les agressions verbales et menaces sont moins nombreuses que l'année précédente mais restent les plus courantes (dans 65% des cas), les agressions physiques restent au même niveau qu'en 2013, elles concernent un incident sur dix. Leurs principaux « motifs » sont relatifs à une prise en charge (30% des incidents), mais aussi au vol ou à la tentative de vol (20%) et au refus de prescription (14%).

Près d'une agression sur deux reste toujours sans suite légale, malgré l'appel de l'Ordre des médecins à porter plainte en cas d'agression. L'Ordre qui a déjà mis en place des mesures concrètes comme le numéro d'accès direct à la cellule de sécurité départementale réservé aux médecins ou encore la désignation d'un référent ordinal sécurité au sein des services de la police et de la gendarmerie.

Récemment, une grande enquête allemande, publiée dans la revue Ärzteblatt International, révèle l'urgence particulière de mettre en oeuvre des protocoles de prévention ou de protection adaptés aux visites à domicile. Car c'est au cours de ces visites, sur appel, que la question de la sécurité apparait la plus sensible.

Autres actualités sur le même thème