Vous recherchez une actualité
Actualités

Journée mondiale contre le PALUDISME: Il tue encore un enfant par minute

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 4 semaines
World Malaria Day

Chaque année, le 25 avril, la Journée mondiale de lutte contre le paludisme permet de sensibiliser le grand public à cette maladie. Car pour une moitié du monde, le paludisme reste une lutte du quotidien. Si les progrès accomplis sont importants en matière de recherche, si la maladie est pourtant évitable et traitable, le paludisme tue encore 660.000 personnes chaque année et enlève la vie chaque minute à un enfant.


Le paludisme est responsable de plus de 198 millions de cas chaque année. La maladie transmise à l'homme par la piqûre de moustiques Anopheles infectés par des parasites, les Plasmodium, entraîne toujours près de 600.000 décès dans le monde. Si la mobilisation et les progrès aux niveaux du diagnostic, de la prévention, des stratégies de lutte antivectorielle et des traitements ont permis une réduction importante de l'incidence et des décès, l'atteinte de l'objectif du Millénaire pour le développement (OMD), soit la réduction des cas de paludisme de 75% d'ici fin 2015 et de 90% d'ici 2030, n'est pas encore jouée pour l'ensemble des pays. Les avancées sont là, comme la baisse d'un tiers du nombre de décès en Afrique et d'un quart, dans le monde. Cependant, le défi reste le manque de ressources, avec la menace de revenir en arrière par rapport aux progrès accomplis.
La Journée 2015 appelle ainsi à nouveau à l'engagement politique et à de nouveaux investissements.

L'objectif reste donc de mettre en œuvre ces avancées dans tous les pays où le paludisme reste endémique.

3 axes doivent être poursuivis simultanément :

· L'amélioration du diagnostic: Pouvoir diagnostiquer rapidement est essentiel. Si aujourd'hui le diagnostic passe soit par l'examen par microscopie d'échantillons sanguins soit par l'utilisation de tests de diagnostic rapide recommandés par l'OMS, ces techniques manquent encore de sensibilité, notamment pour déceler l'infection à stade précoce ou diagnostiquer les formes résistantes.

· La prévention par la lutte antivectorielle mais aussi par le contrôle des moustiques vecteurs par des techniques biologiques et génétiques, ou encore de ses interactions avec le parasite, ouvrent la voie à de nouvelles stratégies de lutte, prometteuses pour l'avenir. Des pistes doivent également être explorées pour mieux prévenir la transmission mère-enfant (PTME).

· Le développement de nouveaux traitements ou de bithérapies pour contrer la résistance aux antipaludéens, et leur accès à moindre coût doivent être poursuivis.


Interstitiel escarre

Autres actualités sur le même thème

Pages


Interstitiel escarre