Vous recherchez une actualité
Actualités

La MIGRAINE confirme son phénotype sexuel

Actualité publiée il y a 7 années 12 mois 1 jour
Brain

La migraine est deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, ainsi, environ 18% des femmes seront dans leur vie sujettes aux migraines. Mais pourquoi ? Cette étude par des scientifiques de la Harvard Medical School répond, en identifiant, pour la première fois, des différences observables par IRM dans certaines régions du cortex, l’insula et le précunéus mais aussi de fonctionnement et de connexion de ces deux régions avec le reste du cerveau. Bref, la migraine a bien un phénotype sexuel. Les auteurs de l'Hôpital pour enfants de Boston et de la Harvard Medical School ont utilisé l’IRM pour étudier, hors période de migraine, les altérations dans le cerveau de 44 hommes et femmes, appariés pour l’âge et dont la moitié était migraineuse. Les femmes jugeaient, en général, leurs migraines plus pénibles que les hommes.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les auteurs constatent que chez les femmes migraineuses, deux petites régions du cortex, l'insula postérieure et le précunéus, sont plus épaisses et présentent plus de matière grise que chez leurs homologues masculins atteints de migraine. L'insula postérieure a un rôle clé dans le traitement de la douleur, le précunéus a déjà été associé à la migraine et connu pour son rôle dans la conscience de soi.


Chez les femmes, une connectivité fonctionnelle différente : Afin d'évaluer l'activité du cerveau durant les périodes de migraines, les participants ont été soumis à 3 petites périodes de chaleur, de 15 secondes, générées par un cube métallique mis au contact de la main. Chez les femmes souffrant de migraines, les 2 zones identifiées se connectent en réponse à la douleur, et non chez les hommes. Cette connectivité fonctionnelle différente, de ces deux régions avec le reste du cerveau, expliquerait la plus grande sensibilité sensorielle des femmes à la migraine.

Chez les hommes sujets à de fortes migraines, une autre réponse à la douleur de la chaleur est constatée dans le noyau accumbens, une région du circuit de la récompense en cause dans la toxicomanie par exemple. Ainsi, chez ces hommes le circuit de la récompense pourrait être impliqué dans la physiopathologie de la migraine et les auteurs suggèrent même des chevauchements entre voies de la douleur et de la récompense.

Nasim Maleki, auteur principal de l'étude, conclut que le cerveau est donc atteint différemment par la migraine chez les femmes que chez les hommes. Mais la question subsiste, ces différences cérébrales sont-elles cause ou résultat de la migraine, permanentes ou transitoires telle une réponse à la douleur et aux migraines ?

Source: Brain (2012) 135 (8): 2546-2559. doi: 10.1093/brain/aws175 Her versus his migraine: multiple sex differences in brain function and structure (Visuel AAAS@ Nasim Maleki)

Accéder aux dernières actualités sur la Migraine

Lire aussi : MIGRAINE: Elle fait mal à la tête, pas au cerveau

Autres actualités sur le même thème