Vous recherchez une actualité
Actualités

La TOXOPLASMOSE associée chez l'enfant à des compétences réduites en lecture

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 2 semaines
Parasitology

Le parasite « du chat » Toxoplasma gondii, responsable de la toxoplasmose est accusé de nouveaux maux, chez les enfants cette fois, par cette étude américaine. L’étude montre en effet une curieuse association entre l’exposition à la toxoplasmose et des scores plus faibles aux tests cognitifs. Des conclusions présentées dans la revue Parasitology, pas si surprenantes alors que plusieurs études ont suggéré les effets du parasite sur le cerveau.

Toxoplasma gondii est un parasite unicellulaire qui affecte environ 10 à 30% de la population. Si T. gondi chez une femme enceinte peut causer une maladie grave à son fœtus, ou chez des personnes immuno-déficientes, dans la plupart des cas, l'infection est latente et asymptomatique. Le parasite est transmis aux humains principalement par le biais de l'eau et de l'ingestion d'aliments contaminés par les œufs du parasite, comme la viande crue ou insuffisamment cuite. Le parasite peut aussi être transporté par les chats et transmis aux humains par contact avec les selles de chat infecté. Enfin, de nombreuses études ont suggéré que le parasite pourrait entraîner, au fil du temps, une inflammation produisant des métabolites nuisibles qui endommagent les cellules du cerveau. Ainsi, l'infection à T gondi a déjà été associée à la dépression et au suicide. Ici, les chercheurs évaluent ce type d'effets chez les enfants et ont donc vérifié si les enfants atteints d'une toxoplasmose présentaient des différences de performances cognitives.


Les chercheurs des Universités d'Iowa et de Floride ont mené cette étude transversale à partir des

données de 1.755 enfants, âgés de 12 à 16 ans, participant à la cohorte National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES). Ils ont ensuite comparé les résultats aux tests cognitifs des enfants avec et sans toxoplasmose. Les enfants ont passé des tests de lecture et de mathématiques standards, des tests de raisonnement, de mémoire et d'autres fonctions cognitives. Les chercheurs ont bien pris en compte les facteurs de confusion pouvant affecter ces résultats.

· 7,7% des enfants avaient été exposés à l'infection. Ces enfants atteints de toxoplasmose étaient plus susceptibles,

· d'être issus de familles issues de l'immigration,

· à faible revenus,

· d'avoir des signes d'autres infections.

· Sur le plan cognitif, l'infection est associée à

- Des scores de lecture plus faibles,

- des scores de mémoire verbale plus faibles, en particulier chez les enfants déficients en vitamine E.

· Il y a absence de relation entre l'infection, les scores de maths, de raisonnement et de mémoire visuo-spatiale.

L'infection à T gondi chez l'enfant d'âge scolaire peut donc être associée à des déficiences en lecture et de mémoire et le taux sérique de vitamine E semble médier cette relation. Des résultats qui ne doivent pas inquiéter les familles qui ont des chats, précisent les auteurs, car, d'une part, l'étude ne suggère qu'une association, d'autre part, à condition de respecter quelques mesures d'hygiène la compagnie d'un chat –ou autre animal de compagnie- peut avoir aussi d'importants avantages pour le développement et la qualité de vie de l'enfant.

Source: Parasitology May 20 2015 DOI: 10.1017/S0031182015000505 Toxoplasma gondii seropositivity and cognitive functions in school-aged children.

Plus d'études sur Toxoplasma gondii

Autres actualités sur le même thème