Vous recherchez une actualité
Actualités

LATÉRALITÉ: Les gauchers à risque accru de trouble de la personnalité

Actualité publiée il y a 6 années 2 semaines 2 jours
Sage

Les gauchers plus fréquemment affectés de troubles psychotiques comme la schizophrénie, c’est ce que constate cette étude de Yale, qui vient ainsi ajouter au risque plus élevé globalement déjà constaté de troubles mentaux. Ces conclusions publiées dans l’édition d’octobre de la revue SAGE, suggèrent que cette forme de « latéralité » pourrait être un marqueur de risque plus élevé de schizophrénie, à prendre en compte pour une meilleure détection de la maladie.

Une méta-analyse de plus de 40 études avait déjà conclu que le fait d'être gaucher est une caractéristique plus fréquente dans la maladie psychiatrique (Dragovic & Hammond, 2005), rappellent les auteurs. Cette analyse conclut précisément à une incidence double de la schizophrénie chez des sujets gauchers. Cependant, ces conclusions ont été contredites par d'autres études, non seulement sur la schizophrénie, mais aussi le trouble bipolaire ou encore la dépression et l'anxiété. Toutes ces études avaient comparé les incidences par rapport à des témoins sains plutôt que de comparer les différents diagnostics psychiatriques au sein d'une population de gauchers. Ici, Jadon Webb et ses collègues de Yale ont comparé la prévalence des gauchers au sein d'un groupe de 107 patients de consultations psychiatriques pour les différents troubles de santé mentale, troubles de l'humeur et troubles psychotiques, dont troubles schizo-affectifs et schizophrénie.


L'équipe constate ici, sur ce groupe de patients, que les sujets souffrant de troubles psychotiques comme la schizophrénie sont beaucoup plus susceptibles d'être gauchers par rapport aux personnes atteintes de troubles de l'humeur comme la dépression ou le syndrome bipolaire. Et lorsque les auteurs comparent tous ces patients souffrant de troubles mentaux, ils constatent que,

· 11% des personnes diagnostiquées avec des troubles de l'humeur tels que la dépression et le trouble bipolaire sont gauchers, soit un taux similaire à celui constaté en population générale,

· 40% des personnes souffrant de schizophrénie ou de trouble schizo-affectif sont gauchers, sur la base des marqueurs de diagnostic de la psychose,

· les patients blancs atteints de troubles psychotiques sont plus susceptibles d'être gaucher que les patients noirs.

Ces conclusions sont analysées par les auteurs comme relativement cohérentes, avec les données de précédentes études donnant des prévalences d'être gaucher de 7% à 31% (Vs ici 40%) chez les patients schizophrènes. Ce nouveau marqueur qui concerne environ une personne sur 10, peut permettre d'être plus vigilant sur la détection des troubles mentaux, de les diagnostiquer de manière plus précoce et de pouvoir adapter le traitement de façon plus efficace.

Au-delà, alors que le langage est l'une des fonction intimement liées à la latéralisation cérébrale et que les sujets atteints de psychose, a minima dans cette étude, sont plus susceptibles d'être gauchers, au-delà même de la prévalence des troubles du langage dans la psychose, les chercheurs envisagent de nouvelles recherches sur les phénomènes psychotiques associés au langage, comme les hallucinations auditives.

Source: Sage October 30, 2013 DOI: 10.1177/2158244013503166 Left-Handedness Among a Community Sample of Psychiatric Outpatients Suffering From Mood and Psychotic Disorders (Visuel@Michael Helfenbein, Yale University)

Autres actualités sur le même thème