Vous recherchez une actualité
Actualités

Le manque de SOMMEIL affole notre système immunitaire

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 3 semaines
Sleep

La privation de sommeil a le même effet que le stress physique sur le système immunitaire, explique cette étude, publiée dans la revue Sleep, qui a examiné la numération des globules blancs à la suite de 29 heures de veille continue. L’augmentation du nombre de globules blancs constatée, vient expliquer, en partie, le développement des maladies métaboliques liées au manque de sommeil.

Ces chercheurs des Pays-Bas et Royaume-Uni ont comparé les taux de globules blancs de 15 jeunes hommes sains, âgés en moyenne de 24 ans, dans des conditions normales et dans des conditions de grave privation de sommeil. Le nombre de globules blancs dans le cas d'un cycle normal veille / sommeil a été comparé aux chiffres obtenus au cours de la deuxième partie de l'expérience, dans laquelle des échantillons de sang ont été recueillis après 29 heures de veille continue. Le plus grand changement observé est le nombre de globules blancs appelés granulocytes qui montrent une perte de rythme jour-nuit, augmentent fortement en nombre, en particulier la nuit. « Les granulocytes ont immédiatement réagi à la perte de sommeil et directement reflété la réponse au stress de l'organisme», explique le Pr Katrin Ackermann, de l'Université médicale Eramus (Rotterdam).


Les mécanismes moléculaires à l'origine de cette réponse au stress ne sont pas bien connus, mais on sait qu'ils interviennent dans le développement de maladies associées à la perte de sommeil chronique, rappelle le Pr Ackermann. Cette augmentation de globules blancs a des implications en pratique clinique, et en santé au travail, en particulier dans le cas du travail posté. Des études précédentes ont déjà associé la restriction de sommeil avec le développement de maladies comme l'obésité, le diabète et l'hypertension. L'étude NHANES montre que dormir moins de 5 heures / nuit multiplie le risque d'obésité par 2,5 fois vs plus de 7 heures de sommeil. D'autres études ont montré que le sommeil aide à soutenir le fonctionnement du système immunitaire et que la perte de sommeil chronique est un facteur de risque de déficience du système immunitaire.

Source: Sleep 2012;35(7):933-940 doi.org/10.5665/sleep.1954 Diurnal Rhythms in Blood Cell Populations and the Effect of Acute Sleep Deprivation in Healthy Young Men

Lire aussi : HORLOGE BIOLOGIQUE: Sommeil perturbé, surpoids assuré

Manque de SOMMEIL, appétit déréglé et risque d'obésité


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages