Vous recherchez une actualité
Actualités

Le RETARD CHRONIQUE: Trouble, addiction ou mauvaise gestion du temps?

Actualité publiée il y a 5 années 3 mois 1 semaine
Psycho

L’histoire de Jim Dunbar, âgé de 57 qui après avoir été en retard toute sa vie, au travail, aux dîners et aux fêtes de famille, vient de se faire diagnostiquer avec trouble du retard chronique (chronic lateness) à l'hôpital Ninewells à Dundee (où il était d’ailleurs également en retard…) défraie la chronique. Cette propension à toujours être en retard est-il un trouble psychologique, ou simplement une mauvaise gestion du temps ? Bien que non référencé à ce jour dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), on estime aujourd'hui que cette « affection » est associée au trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH).


Des traits de personnalité caractéristiques ont déjà été associés au retard chronique. Diana DeLonzor, consultant en management, auteur du livre «Never Be Late Again», explique, sur la base d'études psychologiques que l'habitude du retard (Lateness addiction) est difficile à surmonter, et que ses causes sont plus profondes qu'une simple mauvaise gestion de son temps. Elle invoque l'anxiété, une perception du temps et les niveaux d'adrénaline. Dans une étude menée à l'Université de San Francisco State auprès de 225 personnes, elle constate que près de 17% des participants sont en retard chronique, avec des traits caractéristiques, comme la remise des tâches à plus tard, des troubles alimentaires ou liés à l'alcool, l'addiction au jeu ou autres, un comportement à risque affiché, ainsi que les symptômes typiques TDAH, comme l'agitation et les difficultés d'attention et de concentration. L'auteur cite 3 types majeurs de retardataires chroniques, les « deadliners », les producteurs (producers) et les « professeurs distraits »…

Maladie du retard et TDAH : Un article de l'American Psychological Association évoque également ce lien entre la « chronic lateness » et le TDAH, en revenant sur l'importance de traiter le TDAH, chez l'adulte, lorsqu'il n'a pas été diagnostiqué dès l'enfance. Car si la plupart des recherches sur le TDAH ont mis l'accent sur ​​les enfants, et si le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM- IV) fait état des symptômes du TDAH principalement chez l'enfant, un nombre croissant d'études montrent que la maladie peut avoir des conséquences sur la vie, à l'âge adulte. Ainsi, plusieurs études ont montré que plus de la moitié des enfants atteints de TDAH continueront à avoir des symptômes à l'âge adulte, avec des symptômes tels que l'incapacité à réguler le comportement, les émotions et l'attention évaluables aujourd'hui par plusieurs échelles. Parmi les symptômes évoqués, figurent également l'absence de « proactivité » face aux contraintes et aux événements de la vie et ce retard systématique qui traduit une difficulté à aller de l'avant.

Un trouble qui rappelle la prévalence du TDAH chez l'adulte et pour lequel, apparemment, il existe des solutions, puisque Diana DeLonzor s'engage à venir, avec 7 mesures simples, à bout de cette habitude.

Sources:

Daily Mail Finally, an excuse for being late! Man, 57 who misses every appointment he makes is diagnosed with a medical condition - 'CHRONIC LATENESS'

APA Bringing life into focus

Never Be Late Again (Vignette)

(Visuel © Jeanette Dietl - Fotolia.com)

Lire aussi :

HYPERACTIVITÉ (TDAH): Un trouble pour la vie? -

Autres actualités sur le même thème

Pages