Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Le manque de sommeil aiguise l'appétit

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 3 semaines
Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics

Rien ne vaut de bonnes nuits de sommeil pour lutter contre l’obésité, souligne cette méta-analyse publiée dans le Journal de l'Académie de Nutrition et de Diététique. Car affectés par une privation de sommeil, les niveaux de 2 hormones, la ghréline, une hormone qui stimule l'appétit et la leptine qui régule les dépenses énergétiques, entraînent l’augmentation de l'appétit. Ces confirmations de l’impact de la privation de sommeil sur l’équilibre énergétique sont importantes pour la prévention du gain de poids et les stratégies de perte de poids.

Les stratégies de perte de poids intègrent les changements de mode de vie en mettant l'accent sur l'alimentation et l'exercice, mais rarement la qualité et la quantité de sommeil, qui pourraient aussi contribuer au contrôle du poids. Alors que l'obésité gagne du terrain, avec plus de 35% des adultes américains atteints d'obésité et près d'un Français sur 2 (47%) qui présente un surpoids, plus de 28% des adultes dorment moins de 6 heures par nuit. Plusieurs études ont déjà suggéré l'effet de la privation partielle de sommeil sur la gestion du poids, rappelle l'auteur principal, le Pr. Sharon Nickols-Richardson du département des sciences de la nutrition, de la Pennsylvania State University.


Une relation intrigante entre privation partielle de sommeil et excès d'adiposité : L'équipe a évalué les études publiées entre 1996 et 2011 pour déterminer le rôle de la privation partielle de sommeil sur le bilan énergétique et la régulation du poids. Dans le cadre de cette analyse, l'équipe a relevé les mesures des hormones, ghréline, leptine, insuline, glucose et cortisol. L'analyse identifie une sensibilité réduite à l'insuline, une augmentation de la ghréline et une diminution de la leptine chez les individus privés de sommeil. Les variations de la ghréline et de la leptine s'avèrent directement associées à l'apport énergétique.

Les variations de ces hormones en réponse à une privation partielle de sommeil coïncident avec une augmentation de l'appétit, résume le Dr Nickols-Richardson qui appelle à de nouvelles recherches pour déterminer les effets de la privation de sommeil sur la composition corporelle.

Source: Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics November 2012, DOI:10.1016/j.jand.2012.07.032, published by Elsevier. Partial Sleep Deprivation and Energy Balance in Adults: An Emerging Issue for Consideration by Dietetics Practitioners (In press) et via Eurekalert (AAAS) Partial sleep deprivation linked to obesity (Visuel Nature.com)

Lire aussi :

OBÉSITÉ: Le manque de sommeil prédispose notre cerveau à la malbouffe

HORLOGE BIOLOGIQUE: Sommeil perturbé, surpoids assuré -

Accéder à nos dossiers- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Autres actualités sur le même thème