Vous recherchez une actualité
Actualités

Plan de rigueur et MÉDICAMENT: Les laboratoires dénoncent un gachis industriel

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 3 semaines
Industrie

« Un gâchis qui fragilise l’un de ses principaux secteurs porteurs de croissance pour le pays », expliquent les Entreprises du Médicament (Leem), au 10 novembre, en dénonçant les mesures qualifiées « d’inéquitables, illisibles et court-termistes », annoncées la veille par le ministre de la Santé. Depuis l’affaire du Mediator, le orchon brûle entre l’industrie pharmaceutique et l’Etat.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Selon les déclarations du Ministre, l'industrie pharmaceutique serait à nouveau mise à contribution, à hauteur de 290 M€, principalement au titre de la politique générique, dans le cadre du nouveau plan de rigueur du 7 novembre dernier. Cette mesure fait supporter par les seules entreprises du médicament les 3/5èmes des 500 M€ d'économies supplémentaires décidées pour la branche maladie, alors même que le médicament ne compte que pour 18% dans la dépense totale de santé.


Pour le secteur pharmaceutique, ce qu'il qualifie comme une « nouvelle sanction » vient s'ajouter à une série de mesures récentes déjà pénalisantes pour l'activité et le développement des entreprises du secteur. Outre les baisses de prix de l'ordre de 620 M€ annoncées dans le cadre du PLFSS 2012, les industriels rappellent la taxe supplémentaire de 150 M€ pour financer la formation continue des médecins, la contribution additionnelle de 40 M€ au budget de la future Agence de sécurité du médicament, et la nouvelle vague de déremboursements de médicaments de l'ordre de 40 M€.

Des prélèvements additionnels sur l'industrie pharmaceutique de 700 millions d'€ en 2012: Le Leem dénonce donc ces mesures de nature, selon le Syndicat à affaiblir un secteur d'activité stratégique pour notre pays et à freiner la France dans la compétition internationale. Le Leem met à nouveau en avant une bonne maîtrise des dépenses de médicaments, contredite néanmoins par de nombreux rapports dont le dernier rapport de l'Igas.

Autres actualités sur le même thème