Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME maternel prénatal, risque d'obésité à l'adolescence

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 1 semaine
Archives of General Psychiatry

L'exposition prénatale au tabagisme maternel associée à un risque accru d'obésité chez les adolescents, une association qui serait liée à de subtiles variations structurelles dans l’amygdale du cerveau qui entraînent une préférence pour les aliments gras, selon cette étude publiée en ligne dans l'édition du 3 septembre des Archives of General Psychiatry (JAMA).

«L'exposition prénatale au tabagisme maternel est un facteur de risque bien établi pour l'obésité, mais les mécanismes sous-jacents restent mal connus», écrivent les auteurs de l'Hôpital pédiatrique de Toronto. «Cette exposition pourrait être responsable d'une préférence pour les aliments gras, régulée en partie par le système de récompense du cerveau contribue au développement de l'obésité ».


Le Dr Amirreza Haghighi, de Toronto et ses collègues, ont suivi 378 adolescents âgés de 13 à 19 ans recrutés dans le cadre d'une étude cohorte sur la jeunesse. 180 participants ont été classés comme exposés au tabagisme maternel, 198, non exposés. L'exposition prénatale au tabagisme maternel était définie comme plus d'une cigarette par jour fumée par la mère au cours du second trimestre de la grossesse, l'absence d'exposition par l'absence de tabagisme de la mère un an au moins avant la grossesse.

L'amygdale en question : Les participants exposés ont un moindre poids de naissance et ont été allaités pendant une plus courte durée. Cependant, à l'adolescence, les participants exposés ont un poids (+ 1,7 kg) et un IMC légèrement plus élevés et une masse grasse corporelle totale significativement plus élevée (+ 2,7%) vs les participants non exposés. Ces différences persistent après ajustement pour l'âge, le sexe, et la taille. Ces participants exposés présentent également un volume nettement inférieur de l'amygdale (95 mm3 en moyenne), la partie du cerveau qui joue un rôle dans le traitement des émotions et la mémorisation des souvenirs et les auteurs constatent que le volume de l'amygdale est inversement corrélé avec l'apport en graisses.

En conclusion, l'exposition prénatale au tabagisme maternel peut favoriser l'obésité en renforçant les préférences alimentaires pour les matières grasses, un effet médié en partie par de subtiles variations structurelles dans l'amygdale.

Source: Arch Gen Psychiatry online September 3, 2012 doi:10.1001/archgenpsychiatry.2012.1101 Prenatal Exposure to Maternal Cigarette Smoking, Amygdala Volume, and Fat Intake in Adolescence (Visuel © DenisNata - Fotolia.com)

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages