Vous recherchez une actualité
Actualités

Un petit STRESS de temps à autre fait du bien au cerveau

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 4 semaines
e Life

Mais pas n’importe quel stress. Cette étude de l’Université de Californie, Berkeley, délivre un message optimiste : Dans certains cas, le stress peut être positif et stimulant pour le cerveau, mais tout dépend du type de stress, de son niveau, de sa durée et de sa perception par le sujet. Conclusions dans la revue scientifique e Life, qui illustrent le concept du stress positif.

Le stress est un puissant modulateur du cerveau chez les mammifères mais est-il un facteur stimulant ou déprimant ? De précédentes études ont en effet montré qu'un stress chronique en augmentant les niveaux d'hormones glucocorticoïdes va freiner la production de nouveaux neurones dans l'hippocampe ce qui peut entraîner une altération de la mémoire. De plus, des niveaux élevés et chroniques d'hormones du stress augmentent le risque d'obésité chronique, de diabète, de maladies cardiaques et de dépression. Les niveaux d'hormones du stress ont donc une influence sur de nombreuses zones du cerveau, notamment l'hippocampe, qui joue un rôle important dans la mémoire. L'effet d'un stress aigu et rapide : Ici, ces chercheurs de Berkeley ont évalué l'effet d'un stress aigu sur les cellules souches et progénitrices neurales adultes de l'hippocampe et constatent que le stress aigu augmente la prolifération des cellules hippocampiques et accroît l'expression du facteur de croissance FGF2. Ainsi, le stress entraîne une augmentation de l'hormone corticostérone (en vert sur schéma ci-contre), qui va stimuler les cellules gliales du système nerveux central ou astrocytes à libérer le facteur de croissance FGF2, ce qui déclenche la génération de nouveaux neurones à partir des cellules souches neurales. Leur expérience sur le rat montre également qu'un stress aigu va 2 semaines plus tard entraîner chez l'animal une réduction du souvenir de la peur, liée au stress, simultanément à l'activation accrue de nouveaux neurones. Ici, les rats étaient juste immobilisés dans leurs cages durant quelques heures. L'amélioration de la capacité d'adaptation n'est constatée que 2 semaines plus tard, le temps que les nouvelles cellules deviennent matures et que les neurones fonctionnent. Certains stress stimulent le cerveau :Daniela Kaufer, professeur agrégé de biologie à Berkeley commente ces résultats : « Certains stress stimulent le cerveau à son niveau de vigilance et de performance comportementale et cognitive optimal ». L'étude suggère donc qu'un stress bref a un effet bénéfique sur l'hippocampe, améliore la capacité d'adaptation du cerveau et le maintient en alerte. Ces conclusions ne sont pas surprenantes et renforcent l'idée reconnue que les hormones du stress contribuent à la capacité d'adaptation chez l'animal et à faire face ensuite aux mêmes stress. Des recherches supplémentaires doivent encore identifier les facteurs qui déterminent si une réponse au stress est bonne ou mauvaise mais le message est clair, un petit stress de temps à autre fait partie de « la vie » et ne peut pas faire de mal.

Autres actualités sur le même thème