Vous recherchez une actualité
Actualités

VIH: Faut-il traiter plus tôt les enfants plus âgés?

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 6 jours
PLoS Medicine

Normaliser le futur taux de CD4 grâce à une thérapie antirétrovirale plus précoce chez les enfants plus âgés, en particulier chez les enfants naïfs de traitement âgés de 10 ans et plus, c’est-à-dire initier chez ces enfants le traitement indépendamment du seuil de CD4 recommandé, pourrait optimiser leurs chances de recouvrer leur fonction immunitaire, suggère cette étude de l’University College London, présentée dans la dernière édition de PLoS Medicine.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Cette recherche internationale, menée à partir des données de l'essai Arrow, ne conteste pas l'efficacité des recommandations thérapeutiques actuelles qui définissent les seuils de CD4, des cellules du système immunitaire, en deçà desquels la thérapie antirétrovirale (TARV) doit être initiée. Ainsi, pour les enfants âgés de 2 ans, l'initiation de la thérapie est recommandé lorsque le taux de CD4 <750 cellules /µl de sang, pour les enfants plus âgés le seuil est de 350 cellules CD4 //µl. Mais les chercheurs ont ici cherché à préciser comment le moment de l'initiation de TARV dans l'enfance influe sur la reconstitution immunitaire à long terme, en particulier chez les enfants qui n'ont jamais reçu le traitement avant l'âge de 10 ans.


Joanna Lewis de l'University College London en collaboration avec d'autres instituts a analysé ​​les données recueillies durant le traitement de première ligne contre le VIH de 1.206 enfants séropositifs en Ouganda et au Zimbabwe. L'analyse des taux de CD4, relevés toutes les 12 semaines durant 4 ans constate, que chez les trois quarts des enfants, le nombre de CD4 augmente rapidement après le début du TARV, puis ralentit avant d'atteindre un niveau stable d'environ 80% du taux de CD4 attendu chez un enfant sain du même âge. L'analyse a également permis aux chercheurs de modéliser l'évolution des CD4 en fonction de l'âge et de l'initiation du traitement. Le modèle développé par les chercheurs montre ainsi que,

· ce taux serait plus élevé si l'initiation était plus précoce à un seuil donc plus élevé de CD4 que celui préconisé dans les recommandations,

· en prenant en compte les seuils actuellement recommandés chez les enfants âgés de 5 ans, ces enfants ne pourront « récupérer » et stabiliser qu'un taux trop faible de CD4 à l'âge adulte,

· les enfants infectés après l'accouchement et naïfs de traitement au-delà de l'âge de 10 ans ont peu de chance de normaliser leur taux de CD4 et cela quel que soit le taux de CD4 lors de l'initiation du TARV.

Initier de manière plus précoce le TARV chez les enfants plus âgés : En conclusion, sans contredire les recommandations actuelles qui restent associées à une forte probabilité d'atteindre des niveaux élevés de CD4 plus tard dans la vie, initier de manière plus précoce le TARV chez les enfants plus âgés, en particulier ceux âgés de 10 ans et plus, et indépendamment du nombre de cellules CD4, permettrait d'optimiser la reconstitution immunitaire chez ces enfants.

N.B. Les laboratoires ViiV Healthcare/GlaxoSmithKline ont fourni les TARV pour l'essai Arrow.

Source: PLoS Medicine October 29, 2013 doi:10.1371/journal.pmed.1001542 Predicting Patterns of Long-Term CD4 Reconstitution in HIV-Infected Children Starting Antiretroviral Therapy in Sub-Saharan Africa: A Cohort-Based Modelling Study

Autres actualités sur le même thème