Vous recherchez une actualité
Actualités

VISION et VERRES: Pour 92% des Français, l'ophtalmologiste reste le seul compétent

Actualité publiée il y a 8 années 8 mois 5 jours
SNOF

92% des français réaffirment que l'ophtalmologiste, bien plus que l’opticien, reste le professionnel le plus compétent pour dépister les troubles oculaires et prescrire des verres. C’est le résultat principal de ce sondage commandité par le Syndicat national des Ophtalmologistes de France (SNOF) à l’IFOP pour réaffirmer le rôle clé de l’ophtalmo, dans un contexte de difficulté croissante d’accès à ses soins, en pleine discussion d’un projet de Loi de réorganisation de la profession. Pour aller vers une augmentation du numérus clausus et pas de la délégation aux opticiens ?

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ce sondage intervient alors que se discute actuellement le projet de loi Lefebvre prévoyant de modifier l'article L.4362-9 du Code de la santé publique en obligeant les opticiens à posséder une ordonnance en cours de validité pour la délivrance de lunettes et de verres correcteurs et la délivrance des lentilles oculaires correctrices. Actuellement, l'ordonnance n'est obligatoire que pour la vente de verres correcteurs à des clients de moins de 16 ans. Ce projet de Loi, en l'état, réduit la délégation possible des actes ophtalmo vers opticien et ne répond pas à la difficulté croissance d'accès du patient à son ophtalmo. En bref, un sondage qui tombe à pic, pour rediscuter la délégation comme le numerus clausus.


Le rôle clé de l'ophtalmologiste pour les Français: 52% des Français sont favorables à un bilan oculaire régulier, 78% pour un contrôle au moins tous les 3 ans. L'opticien n'est cité, en matière de compétence que par 4% des Français, l'orthoptiste par 2%. Mêmes les lunettes doivent suivre une prescription de l'ophtalmo pour 82% des patients, et pour un renouvellement pour 15% des Français.

La question de l'accès aux soins : En 2009, l'effectif d'ophtalmologistes variait de 5.215 (CNOM, 2009) à 5.567 (DREES, 2009) soit une densité médicale de 8,4 à 9 pour 100.000 habitants. Alors que l'effectif d'ophtalmologistes n'a augmenté que de 5 % depuis 1999, le tout avec une répartition géographique très inégale, le vieillissement de la population devrait entraîner pour les 10 prochaines années une augmentation des pathologies oculaires (DMLA, glaucome, cataracte,…), induisant une augmentation de 20 à 25 % des consultations. Actuellement, obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmo peut prendre 3 mois. Ainsi, selon le dernier Observatoire de l'accès aux soins, pour 72% des Français obtenir un RV aujourd'hui, avec son ophtalmo peut prendre 3 mois et le délai d'attente déclaré est de 1003 jours !

La nécessité de déléguer certains actes : Conscient de la nécessité de réorganiser le métier d'ophtalmologiste pour répondre aux besoins des patients, le SNOF envisage notamment la prolongation des prescriptions au-delà de la durée de 3 ans. Car le projet de Loi Lefebvre prévoit aujourd'hui la suppression du délai de 3 ans pendant lequel les opticiens peuvent, à l'heure actuelle, adapter la prescription de leurs clients de plus de 16 ans. Il s'agirait ainsi de pouvoir déléguer certains actes, toujours sous la responsabilité de l'ophtalmo. Mais peut-être, aussi d'augmenter le numerus clausus ?

Autres actualités sur le même thème