Vous recherchez une actualité
Actualités

AUTISME: Il prive la parole humaine, d'émotion et de récompense

Actualité publiée il y a 6 années 7 mois 3 jours
PNAS

En cas d’autisme, les centres de récompense du cerveau conçus pour répondre aux voix sont mal reliés aux circuits de traitement de la récompense, selon cette étude menée par des scientifiques de l'Université Stanford. Ces conclusions, publiées dans l’édition du 17 juin des Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) peuvent contribuer à expliquer pourquoi les enfants atteints d’autisme ont du mal à saisir les aspects sociaux et émotionnels de la parole humaine.


L'insensibilité à la voix humaine, une caractéristique de l'autisme : En cause, une connectivité cérébrale faible qui pourrait empêcher ces enfants de percevoir entièrement un discours agréable, résume le Pr Vinod Menon, auteur principal de l'étude et professeur de psychiatrie à l'Université Stanford. Car, la voix humaine est un « bruit » important, qui transmet non seulement un sens, mais également des informations émotionnelles l'enfant, ajoute le Pr Daniel Abrams, chercheur en psychiatrie et co-auteur de l'étude. De précédentes études ont montré que les adultes atteints d'autisme avaient une faible activité dans la zone du cortex concernée par la réponse à la parole.

Un dysfonctionnement des circuits de récompense dans le cerveau : Cette étude a été menée sur 20 enfants atteints d'une forme sévère d'autisme, présentant des QI normaux, capable de lire et de parler mais dans l'impossibilité de tenir une conversation ou de comprendre les signaux émotionnels dans la voix d'une autre personne. Les scientifiques ont comparé à l'IRMf les scans des cerveaux de ces enfants avec des scans de 19 enfants au développement normal, en accordant une attention toute particulière à la zone qui contrôle la réponse au son de la voix humaine. Les chercheurs constatent que cette zone du cortex, spécialisée dans la détection de signaux vocaux tels que l'intonation et la hauteur, est faiblement connectée au noyau accumbens et l'aire tegmentale ventrale, les zones cérébrales qui libèrent la dopamine en réponse à des récompenses. Plus précisément, les résultats montrent une diminution de la connectivité dans l'hémisphère gauche chez les enfants atteints de TSA dans le circuit de la récompense, incluant les zones bilatérale tegmentale ventrale (VTA), NAC, cortex préfrontal ventromédian (vmPFC), l'hémisphère gauche dorsal, l'insula antérieure et le cortex orbitofrontal (Voir visuel ci-contre).

Plus la connectivité est faible, plus le déficit de communication est sévère chez ces enfants. Les chercheurs peuvent même estimer les scores des enfants à un test standard de communication verbale, à partir du degré d'atteinte de ces connexions cérébrales. Des résultats qui peuvent contribuer à valider les thérapies en évaluant si elles permettent de renforcer ou non ces connexions.

Il semble ainsi probable que les enfants autistes n'intègrent pas les voix par manque d'intérêt émotionnel, ce qui peut expliquer en partie le moindre intérêt des personnes autistes dans la parole humaine.

Source: PNAS doi: 10.1073/pnas.1302982110 June 17, 2013 Underconnectivity between voice-selective cortex and reward circuitry in children with autism

Accéder aux dernières actualités sur l'Autisme (

Accéder au Dossier Vaincre l'autisme (1/5) de Santé log : Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème