Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du CÔLON: Le lait confirme ses propriétés protectrices

Actualité publiée il y a 7 années 1 semaine 5 jours
Journal of Dairy Science

C’est ce qu’une nouvelle étude suédoise met en lumière. Le lait aurait bien des propriétés protectrices contre le cancer du côlon, grâce à l’une de ses protéines, lactoferricin4-14 (Lfcin4-14), qui contribue à réduire la croissance des cellules cancéreuses en prolongeant leur cycle cellulaire et en leur laissant le temps de procéder à la réparation de leur ADN. Cette recherche, rapportée dans l’édition d’octobre du Journal of Dairy Science, explique le mécanisme par lequel la protéine contribue à contrer le développement des cellules cancéreuses.

La consommation de lait a déjà été associée à une meilleure santé, à une diminution du risque de diabète, d'obésité, de maladie cardiaque et de cancer du côlon et à de meilleures performances mentales. Cette équipe de scientifiques suédois révèle que la protéine lactoferricin4-14 (Lfcin4-14), une protéine ayant déjà des effets connus sur la santé, réduit de manière significative le taux de croissance des cellules du cancer du côlon en prolongeant la période du cycle cellulaire avant réplication des chromosomes sont répliqués. Ils rapportent ainsi qu'un traitement par Lfcin4-14 réduit les lésions de l'ADN dans les cellules du cancer du côlon exposées aux rayons ultraviolets. « Nous avions déjà fait l'hypothèse que l'allongement du cycle cellulaire des cellules cancéreuses du côlon, grâce au traitement par Lfcin4-14, donne aux cellules le temps nécessaire pour réparer leur ADN », explique le Pr Stina Oredsson, du Département de biologie de l'Université de Lund (Suède). « En effet, les dommages induits par les U.V. s'avèrent réduits dans les cellules du cancer du côlon traitées avec Lfcin4-14 par rapport aux cellules témoins. Les différences sont faibles mais significatives »." Lfcin4-14 réduit le nombre de lésions dans l'ADN : Les enquêteurs ont exposé des cellules du cancer du côlon à la lumière UV. Les UV ont entraîné des dommages à l'ADN des cellules exposées. Les chercheurs ont ensuite cultivé les cellules en l'absence ou en présence de Lfcin4-14 puis évalué les dommages à l'ADN en utilisant une technique connue sous le nom d'« essai comète (Comet assay) » : Une fois les cellules traitées, les cellules avec lésions de l'ADN ressemblent à une comète avec une queue et l'intensité de la queue par rapport à la tête de la comète indique le nombre de cassures de l'ADN. L'exposition à la lumière UV entraîne donc une augmentation du nombre de comètes alors que le traitement avec Lfcin4-14 réduit le nombre des comètes chez les cellules exposées. Pour comprendre le mécanisme par lequel Lfcin4-14 réduit les lésions de l'ADN, les chercheurs ont évalué les niveaux de protéines impliquées dans la progression du cycle cellulaire, dans la réparation de l'ADN et dans la mort cellulaire. Car les cellules cancéreuses ont des défauts dans les mécanismes de réparation de l'ADN. Ils ont identifié ainsi une augmentation d'une protéine associée à la synthèse de l'ADN, une diminution d'une protéine impliquée dans la mort cellulaire et une diminution d'une protéine marqueur de la réparation de l'ADN. Des changements qui soutiennent l'hypothèse que Lfcin4-14 entraîne une augmentation de la réparation de l'ADN.


Source: Journal of Dairy Science October 2012 doi:10.3168/jds.2011-5279 Reduction of ultraviolet light-induced DNA damage in human colon cancer cells treated with a lactoferrin-derived peptide (Vignette NIH “Cultured colon cancer cells”, visuel Les Produits laitiers)

Accéder aux dernières actualités sur le Cancer du côlon

Autres actualités sur le même thème