Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: La 4è protéine secrète du rat-taupe

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 5 jours
PNAS

Un cluster de protéines –ou locus- spécifique au rat-taupe, identifié par cette étude de l’Université de Rochester, lui confère la capacité de prévenir le cancer. Dans ce locus, une protéine à part qu’il est le seul à « posséder ». Cette découverte, présentée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine, permet d’avancer dans la compréhension des mécanismes de résistance au cancer et, peut-être vers une nouvelle thérapie génique.

Connus pour leur durée de vie de 30 ans et leur résistance au cancer, les rats-taupes nus sont de petits rongeurs, chauves, souterrains sur lesquels travaillent des chercheurs depuis plusieurs années, pour mieux comprendre le secret de leur longévité.


La protéine identifiée sur le rat-taupe apparait associée à un groupe de gènes retrouvé également chez les humains et les souris. Ce groupe de gènes encode ou apporte les instructions génétiques qui vont permettre la synthétise des protéines de lutte contre le cancer. Vera Gorbunova, professeur de biologie et auteur principal de l'étude explique que ce « locus » identifié chez le rat-taupe nu code pour 4 protéines de lutte contre le cancer, alors que la version trouvée chez l'homme (et la souris) ne code que pour 3 protéines.

Ce cluster de gènes appelé locus du gène INK4 synthétise ainsi 3 protéines anticancéreuses chez le rat-taupe, l'homme et la souris. Il se trouve aussi que INK4 est le cluster génétique le plus souvent muté dans le cancer humain. Supprimé ou « éteint », il entraine fréquemment la formation de tumeurs. De plus son rôle dans l'athérosclérose et d'autres maladies liées au vieillissement est de plus en plus documenté.

Il est donc important de mieux comprendre son rôle et de contrôler ses mutations, pour pouvoir mieux comprendre ses conséquences.

INK4 produit les 3 protéines p15INK4b, p16INK4a et ARF, qui toutes contribuent à stopper la division cellulaire lorsque les cellules sont stressées ou mutées. La 4è protéine est le résultat de la fusion de 2 des 3 premières, p15INK4b et p16INK4. Elle s'avère d'ailleurs plus efficace à empêcher la division cellulaire que p15INK4b et p16INK4a. pALTINK4a / b, tel que les chercheurs l'ont appelée pourrait contribuer à la longévité du rat-taupe nu au-delà de sa résistance au cancer.

Le rôle décisif de la 4è protéine : La même équipe avait montré qu'un produit chimique « bien connu », un type d'acide hyaluronique (High Molecular Weight Hyaluronic Acid - HMW-HA) déclenchait la réponse anti-cancer du locus INK4. Afin de déterminer l'importance du rôle de pALTINK4a / b (la 4è protéine), les chercheurs ont examiné son expression dans différentes conditions de croissance cellulaire. Ils ont constaté que ses niveaux augmentent tant que HMW-HA est présent. Lorsque HMW-HA est éliminé, pALTINK4a / b n'est plus directement exprimé, mais peut être induite par d'autres oncogènes. En bref, cette 4è protéine augmente les chances d'interrompre la croissance cellulaire en cas de risque de malignité. C'est bien là le secret du rat-taupe.

Alors, les chercheurs ont tenté de voir si cette 4ème protéine au pouvoir anticancéreux décisif pouvait avoir son équivalent chez l'Homme ou chez la souris. Mais leurs recherches n'ont pas abouti. "Bien que notre travail n'élimine pas cette possibilité, nos résultats suggèrent que c'est extrêmement improbable », conclut l'auteur.

Source: Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) 2015 doi: 10.1073/pnas.1418203112 INK4 locus of the tumor-resistant rodent, the naked mole rat, expresses a functional p15/p16 hybrid isoform (Visuel @Brandon Vick / Université de Rochester)

Lire aussi : CANCER: Le rat-taupe fabrique son propre anti-cancéreux

CANCER: Pourquoi le rat-taupe reste intouchable

Autres actualités sur le même thème