Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE: L'appel britannique à une réglementation plus stricte

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 semaine
UK Department of Health

L’affaire des implants PIP aura fait réfléchir l’Europe et en particulier chirurgiens et institutions britanniques qui avaient diligenté, début 2012, 2 grandes études cadrées par l’agence sanitaire des produits de santé britannique, la Medecines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA). Une nouvelle réglementation du secteur de la chirurgie esthétique dans son ensemble devait suivre la publication des résultats. Un rapport consolidant les résultats d'une consultation publique de deux mois effectué dans le cadre de l’examen gouvernemental du secteur de l'industrie chirurgie esthétique britannique vient d’être publié, qui laisse augurer d’un profond remaniement du secteur.

Lancée en août dernier, après l'affaire des prothèses PIP qui a touché 47.000 femmes au Royaume-Uni, cette consultation publique britannique de 2 mois a donné lieu à 1.000 contributions environ, de 433 contributeurs. La consultation portait sur la réglementation et la sécurité des produits et dispositifs utilisés dans les interventions de chirurgie esthétique, sur la façon de s'assurer que les professionnels qui les pratiquent ont les compétences et les qualifications nécessaires et que les établissements proposent un suivi suffisant aux patients. Enfin, sur la garantie pour les patient d'avoir accès à toute l'information nécessaire. Une majorité de contributions appellent ainsi à, - Une interdiction des consultations gratuites de chirurgie esthétique afin que les patients ne soient ni encouragés, ni contraints de passer par des procédures chirurgicales. - Une garantie de consultation menée par un professionnel de santé et non un conseiller de vente. - Des restrictions plus strictes en matière de publicité, dont l'interdiction des techniques de vente agressives, telles que des offres du type «deux seins pour le prix d'un». - L'exigence d'un consentement écrit en deux étapes pour laisser au patent un délai de réflexion suffisant, - Une meilleure information des patients, y compris l'accès à des photos des ecchymoses et des cicatrices probables et tous détails sur les risques associés à la chirurgie.

Autres actualités sur le même thème