Vous recherchez une actualité
Actualités

DOULEUR chez la FEMME: La présence du partenaire est-elle toujours souhaitable?

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 2 semaines
Social Cognitive and Affective Neuroscience

L’état émotionnel peut affecter la perception de la douleur et l’état émotionnel peut être affecté par la présence, au chevet, du partenaire. Cette étude britannique a cherché à déterminer si, chez une femme, subissant une intervention douloureuse, ou accouchant par exemple, la présence du partenaire et le type d’attachement avaient un impact sur la douleur ressentie.

Les études déjà menées sur le sujet sont mitigées, certaines suggérant que la présence d'un proche est bénéfique et contribue à soulager la douleur et d'autres le contraire.


Les chercheurs du King's College London, de l'Université de Hertfordshire et de l'University College London ont recruté 39 participantes volontaires appartenant à 39 couples hétérosexuels engagés dans une relation amoureuse. L'âge moyen des participants était de 25 ans pour les femmes et 27 ans pour les hommes. Enfin, chaque couple était rémunéré environ 40€ pour sa participation.

Les chercheurs ont administré aux participantes une série d'impulsions laser douloureuses en présence et en l'absence de leurs partenaires, tout en évaluant les niveaux de douleur ressentie dans les 2 situations. Dans cette expérience, la présence du partenaire signifiait qu'il était bien dans la même pièce, mais dissimulé derrière un rideau, de manière à ne pas voir sa partenaire ou avoir un contact physique, même en lui tenant la main. La situation de « présence du partenaire » testée peut donc s'appliquer à certains types d'intervention, où le partenaire est proche de la patiente mais isolé, mais pas au contexte de l'accouchement, auquel le partenaire choisit d'assister.

Enfin, afin d'éviter certains biais, les couples ont subi différentes expériences, dans des ordres différents.

Toutes les femmes ne souhaitent pas la présence de leur partenaire : En fin de compte, l'expérience montre que plus les femmes souhaitent éviter la proximité et l'intimité, plus sévère est leur douleur lorsque leur partenaire est présent. Le soutien du partenaire au cours d'interventions douloureuses doit donc s'adapter aux traits de personnalité individuels de sa compagne.

En conclusion, les auteurs suggèrent aux professionnels de santé que la présence du partenaire n'est pas toujours souhaitable pour « accompagner » une patiente au cours d'une intervention médicale douloureuse. Un parent ou une amie pourra parfois être une meilleure option.

Et durant l'accouchement ? Enfin, se pose, sur le plan de la douleur ressentie, la question de la présence ou non du partenaire durant l'accouchement. De futures études, menées dans d'autres conditions, pourraient sans doute apporter quelques réponses, mais les auteurs s'accordent sur le fait qu'une telle décision est tout à fait personnelle et appartient bien à chaque couple, même si de nombreux couples choisissent de vivre ce moment ensemble.

Source: Social Cognitive and Affective Neuroscience January 1 2015 doi: 10.1093/scan/nsu156

Attachment style moderates partner presence effects on pain: a laser-evoked potentials study (Visuel© freepeoplea - Fotolia.com)

Autres actualités sur le même thème