Vous recherchez une actualité
Actualités

En SURPOIDS? Toutes les personnes obèses n'ont pas à perdre du poids

Actualité publiée il y a 8 années 11 mois 3 semaines
Applied Physiology, Nutrition and Metabolism

Cette étude canadienne et américaine pourra réconforter certains d’entre nous, un peu de “graisse en trop” n’est pas toujours mauvais pour la santé, à condition de n’avoir aucun (autre) problème de santé. Publiée dans la revue Applied Physiology, Nutrition and Metabolism, l’étude constate que les personnes obèses mais sans autre comorbidité, vivent aussi longtemps que leurs homologues plus minces et sont moins susceptibles de mourir de causes cardiovasculaires.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

les personnes obèses ont besoin de perdre du poids”, explique l'auteur principal Jennifer Kuk, professeur assistant à la York's School of Kinesiology & Health Science (Toronto). "En outre, il est possible qu'essayer de perdre du poids puisse être plus néfaste que de se stabiliser à un poids corporel élevé tout en optant pour un mode de vie sain icluant l'activité physique et une alimentation équilibrée avec beaucoup de fruits et légumes”. Cette équipe internationale a suivi 6.000 Américains obèses sur une période de 16 ans et leur risque de mortalité en comparaison d'individus plus minces. Les auteurs constatent que les personnes obèses sans déficiences physiques, psychologiques ou physiologiques s'accomodent de ce poids plus élevé et tentent moins fréquemment de perdre du poids au cours de leur vie. Ces personnes sont également plus susceptibles d'être actives physiquement et à suivre une alimentation saine.


Les chercheurs ont utilisé un nouvel outil d'évaluation, l'Edmonton Obesity Staging System (EOSS) qui s'avère plus précis que l'indice de masse corporelle (IMC) pour déterminer qui devrait essayer de perdre du poids. Développé par l'Université de l'Alberta, cet outil propose 5 stades d'obésité fonctions des mesures physiques traditionnelles telles que l'IMC et le rapport taille-hanches, ainsi que des mesures cliniques qui reflètent les maladies causées ou aggravées par l'obésité (diabète, hypertension et maladies cardiaques). Ce nouvel outil facilite l'identification des personnes obèses à risque élevé de décès.

L'auteur principal conseille donc aux personnes qui souhaitent déterminer si elles doivent ou non perdre du poids, d'aller consulter un médecin (pour être évalués en utilisant les critères EOSS…)