Vous recherchez une actualité
Actualités

LONGÉVITÉ: Un médicament expérimental prometteur contre le vieillissement

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 2 semaines
PNAS

Testé par une équipe de la Northwestern University, ce médicament expérimental, résultat de 25 années de recherche, a permis de prolonger la durée de vie sur des souris modèles de vieillissement accéléré. Cette recherche, présentée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaines (PNAS) laisse espérer le développement d’un traitement « à large spectre », des maladies humaines qui entraînent un vieillissement accéléré, comme les maladies chroniques ou même contre les effets du tabagisme.

Ces scientifiques américains, en collaboration avec des scientifiques de l'Université de Tohoku (Japon) ont identifié le rôle clé d'une protéine dans le vieillissement cellulaire puis ont développé ce médicament expérimental qui inhibe l'effet de la protéine responsable et permet, selon ces résultats, de prolonger la durée de vie de souris. La démarche ici se veut très différente des autres recherches sur les composés anti-vieillissement, expliquent les auteurs, qui sont partis d'une hypothèse un peu empirique, une protéine spécifique, déjà associée aux maladies cardiovasculaires qu'ils « pressentaient » « marqueur » de sénescence.


L'empreinte de l'âge : Les cellules ou les tissus, qui perdent, sous l'effet de l'âge ou sénescence, la capacité de se régénérer et de sécréter certaines protéines indispensables, présentent une sorte d'empreinte, unique, appelée « senescence-messaging secretome ». L'une de ces protéines, PAI-1, au centre des recherches de l'équipe, et déjà associée aux maladies cardiovasculaires, a été sélectionnée comme l'un de ces marqueurs de sénescence. Sur des souris (Klotho-déficientes) génétiquement modifiées pour présenter un vieillissement accéléré avec athérosclérose, neuro-dégénérescence, ostéoporose et emphysème et une vie raccourcie, les chercheurs avaient aussi constaté une augmentation du taux de PAI-1 dans le sang et les tissus.

Leur médicament expérimental, nommé TM5441, est un antagoniste de PAI-1. Mais lorsque les souris sont traitées au TM5441, l'activité PAI-1 est réduite, la durée de vie des souris multipliée par 4, et leurs organes sont préservés. Les mêmes résultats sont obtenus avec des souris

à déficience génétique partielle de PAI-1.

Le candidat médicament est déjà sélectionné par le National Institute on Aging (NIA/NIH) pour de prochains essais cliniques. Il est le résultat de 25 années de recherches de l'équipe du Pr Vaughan, de la Northwestern University Feinberg School of Medicine and médecin-chef du Northwestern Memorial Hospital. Le TM5441 représente donc d'ores et déjà un solide espoir pour traiter des maladies humaines qui entraînent un vieillissement accéléré comme la maladie rénale chronique, le diabète et l'infection à VIH ainsi que…le tabagisme. Pour toutes ces maladies, les chercheurs suggèrent que le médicament permettrait de réduire les complications et de prolonger ainsi la durée de vie.

Source: Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) April 2, 2014 doi: 10.1073/pnas.1321942111 PAI-1–regulated extracellular proteolysis governs senescence and survival in Klotho mice

Lire aussi : L'ALIMENTATION combinée aux gènes peut prolonger la durée de vie

Et, sur la Longévité

Autres actualités sur le même thème