Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉDECINE RÉGÉNÉRATIVE: Des cellules souches pour combler les fractures

Actualité publiée il y a 3 années 3 jours 31 min
Molecular Therapy

Ce qui commence à faire ses preuves dans la cicatrisation des plaies ou des brûlures, soit «l’ensemencement» de cellules autologues sur le site de la plaie, pourrait également se révéler prometteur dans la cicatrisation osseuse, sur le site de la fracture. Ici, les chercheurs du Cedars-Sinai Medical Center (Los Angeles) testent la combinaison de cellules souches adultes avec l'hormonothérapie (parathormone) pour la réparation des fractures osseuses. Ces travaux, présentés dans la revue Molecular Therapy, aboutissent en effet à une bien meilleure formation et densité osseuses.

Les chercheurs testent ici une combinaison de cellules souches mésenchymateuses (dérivées de la moelle osseuse), provenant d'adultes et l'hormone parathyroïde (PTH) sur l'animal. Chez l'Homme, l'hormone PTH régule le taux de calcium et assure donc une fonction essentielle dans la santé et la solidité des os. Durant 21 jours, les animaux de laboratoire (rats et porcs), présentant des fractures vertébrales ont reçu des injections quotidiennes de PTH et, durant cette même période, 5 injections de cellules souches. L'effet thérapeutique de la combinaison cellules souches-PTH a été comparé aux résultats de la thérapie par cellules souches seule, des injections de PTH seule, et à l'absence de traitement. La régénération osseuse a été contrôlée à plusieurs reprises par scanner.


L'étude montre qu'à la fois les cellules souches et l'hormone ont un effet bénéfique sur le processus de guérison des fractures : la migration des cellules souches vers la zone de fracture de l'os est accélérée et la formation osseuse augmentée. Mais l'étude montre que la combinaison cellules souches et PTH démultiplie ces effets, permet d'augmenter de façon encore plus significative la formation d'os –multipliée par 3 ou 4, vs chaque thérapie solo- et finalement accélère le processus de cicatrisation de ces fractures osseuses causées par l'ostéoporose.

La combinaison a un effet synergique, concluent les chercheurs qui espèrent, à partir de ces données, pouvoir développer de nouveaux traitements pour les patients souffrant d'ostéoporose et de fractures vertébrales de compression, causées par l'affaiblissement des os. Un type de fractures deux fois plus fréquent que les fractures de hanche, en dépit des modalités de prise en charge actuelles, par traitements médicamenteux et changements de mode de vie. Cette nouvelle option thérapeutique de réparation osseuse semble donc répondre à un énorme besoin.

« Actuellement, il n'y a pas beaucoup de bonnes options de traitement », conclut le Dr Zulma Gazit, auteur principal de l'étude. « Notre objectif est donc de développer un traitement « biologique » qui non seulement favorise la cicatrisation, mais puisse aussi stimuler la production normale de l'os, pour contrer l'ostéoporose ».

Autres actualités sur le même thème

Pages