Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉNOPAUSE : Les antidépresseurs associés à une réduction des bouffées de chaleur

Actualité publiée il y a 10 années 10 mois 2 semaines
JAMA

Les femmes pré ou ménopausées connaissent une réduction de la fréquence et de la sévérité des bouffées de chaleur avec l'utilisation d’un antidépresseur, l’escitalopram, selon cette étude publiée dans l’édition du 19 Janvier du JAMA. Alors, faut-il déprimer à la ménopause pour éviter ou réduire les bouffées de chaleur? Les scientifiques l'Université de Pennsylvania (Philadelphie) ne font pas de commentaires sur ce point mais suggèrent que chez les femmes en bonne santé, 10 à 20 mg / j d’escitalopram est une option non hormonale, efficace et bien tolérée dans la gestion des bouffées de chaleurs de la ménopause.

"Les hormones été une thérapie de base pour les bouffées de chaleur de la ménopause, mais leur utilisation a fortement diminué avec notre meilleure connaissance du rapport bénéfices-risques. Aux Etats-Unis, aucun autre traitement pour ces bouffées de chaleur n'a reçu depuis, l'approbation de la U.S. Food and Drug administration (FDA), et l'efficacité de traitements pharmacologiques de substitution ou d'agents non pharmacologiques n'est pas concluante. La sérotonine et les inhibiteurs de recapture de la sérotonine noradrénaline (ISRS et IRSN) ont été évalués pour le traitement des bouffées de chaleur mais avec des résultats mitigés.


Le Pr. Ellen W. Freeman, de l'Université de Pennsylvania (Philadelphie), et coll. ont voulu évaluer l'efficacité de l'escitalopram (principe du Lexapro, Cipralex, Sipralexa, Lexamil, Lexam) pour réduire la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur chez des femmes en bonne santé, en période de ménopause. Cette étude multicentrique, de 8 semaines, randomisée, a été menée sur 205 femmes de races différentes, en 2009, 2010. Les femmes ont reçu de 10 à 20 mg / j d'escitalopram ou un placebo pendant 8 semaines.

L'escitalopram a été associé à une réduction significative de la fréquence des bouffées de chaleur par rapport au placebo : La fréquence moyenne des bouffées de chaleur au début de l'étude était de 9,8 par jour. Dans le groupe « escitalopram », la fréquence moyenne des bouffées de chaleur est passée à 5,26 bouffées de chaleur par jour soit 47% de diminution. Dans le groupe placebo, la fréquence des bouffées de chaleur a diminué à 6,43 bouffées de chaleur par jour soit 33% de diminution. L'amélioration clinique à la semaine 8 s'avère significativement plus élevée dans le groupe escitalopram que dans le groupe placebo (55% vs 36%). En outre, l'utilisation de l'escitalopram réduit de manière significative la sévérité des bouffées de chaleur par rapport au placebo.

Les bouffées de chaleur reprennent après l'arrêt de l'escitalopram : "Le suivi post-traitement de 3 semaines a montré que les bouffées de chaleur reprennent après l'arrêt de l'escitalopram, une preuve supplémentaire des effets de l'escitalopram," écrivent les auteurs qui précisent que bien que la diminution de la fréquence des bouffées de chaleur et de la gravité semblent modestes, les participantes ont vraiment perçu ces améliorations, ont fait part de leur satisfaction et du désir de poursuivre le traitement.

Des résultats qui suggèrent que chez les femmes en bonne santé, 10 à 20 mg / j d'escitalopram fournit une option non hormonales, efficace et bien tolérée dans la gestion des bouffées de chaleurs de la ménopause.