Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: La stigmatisation persiste même après la perte de poids

Actualité publiée il y a 8 années 1 mois 4 jours
Obesity

Même après une perte de poids et le retour à un poids de santé, l’entourage pourrait toujours regarder les ex-obèses comme moins attractifs que ceux qui ont toujours eu la ligne, selon cette étude d’universités d’Hawaii, d’Australie et d’Angleterre. Ces conclusions, publiées dans la revue Obesity, viennent alerter à nouveau sur le phénomène de la stigmatisation de l'obésité, de plus en plus répandu, que ce soit en société ou en milieu professionnel.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La recherche a analysé les points de vue de 273 étudiants bénévoles, âgés en moyenne de 21 ans, qui devaient évaluer, sur la base d'une échelle en 20 items (Universal Measure of Bias (UMB) scale), l'image d'une jeune femme fictive de 31 ans, dont l'évolution du poids avait été modifiée dans chaque scenario. 5 scenarios avaient été conçus pour permettre d'évaluer à la fois les attitudes vis-à-vis du poids passé et du poids actuel et pour comprendre comment sont considérées par les autres, les personnes qui perdent beaucoup de poids. Les participants ont été assignés au hasard à lire l'un des cinq scenarios. L'image de l'obésité perdure : Les chercheurs constatent que les personnes minces après avoir perdu du poids dans le passé restent toujours victimes d'une certaine stigmatisation liée à leur surpoids passé, en comparaison des personnes également minces, mais qui l'ont toujours été : · Que ce soit des personnes à poids stable ou avec perte de poids, les personnes obèses sont largement « discriminées »- on le savait (score « UMB» : respectivement 3,29 vs 2,94).-Plus le score est élevé, plus il y a stigmatisation. · Les personnes qui ont toujours maintenu un poids stable et normal sont « plus attrayantes » (score UMB : 3,24) que celles à un poids stable, mais obèses (score UMB : 4.51) · Les personnes qui ont perdu du poids sont significativement stigmatisées (score UMB : 3,20) vs les personnes dont le poids est resté stable (score UMB : 2,94). · Les personnes qui ont perdu du poids et sont aujourd'hui minces sont significativement stigmatisées (score UMB : 3,83) vs les personnes dont le poids est resté stable et qui sont restées minces (score UMB : 3,24).


L'étude souligne ainsi que la stigmatisation liée à l'obésité n'est pas seulement basée sur le poids actuel mais perdure après la perte de poids, même si les différences dans la stigmatisation restent relativement faibles.

La perte de poids n'efface pas toujours la stigmatisation : Les chercheurs concluent que malgré la perte de poids, des personnes ayant une histoire d'obésité seront « toujours » jugées comme moins attractives que des personnes qui sont toujours restées minces. La perte de poids ne permettrait donc pas d'effacer la stigmatisation de l'obésité. Les auteurs rappellent, surtout, les dangers de cette stigmatisation et discrimination croissantes envers les personnes qui sont en surpoids ou obèses. Leur recherche contribue à mieux comprendre combien cette stigmatisation est arbitraire.

Source: Obesity, March 7 2012 doi:10.1038/oby.2012.55 Residual Obesity Stigma: An Experimental Investigation of Bias Against Obese and Lean Targets Differing in Weight-Loss History (Visuels NHS)

Lire aussi: OBÉSITÉ, SURPOIDS? Une vraie discrimination à l'emploi

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Autres actualités sur le même thème