Vous recherchez une actualité
Actualités

PILULE : Quand les hormones chamboulent notre mémoire

Actualité publiée il y a 8 années 5 jours 15 heures
Neurobiology of Learning and Memory

C’est une question d’œstrogènes et de mémoire « émotionnelle ». Les pilules contraceptives hormonales affectent la mémoire, nous explique cette étude de neurobiologistes de l’université de Californie et les femmes utilisant des contraceptifs hormonaux se rappellent les événements différemment, avec plus d’émotion et moins de souvenirs du détail. Une conclusion, publiée dans l’édition du 11 septembre de Neurobiology of Learning and Memory , pas tout à fait surprenante, sur les effets cognitifs de la pilule et qui concerne tout de même les plus de 100 millions de femmes utilisatrices dans le monde.


C'est un changement dans le type d'informations mémorisées et non un déficit de la mémoire, précise le Dr. Shawn E. Nielsen, neurobiologiste à l'UC, qui ajoute que la contraception ne nuit pas à la mémoire. Cette modification est logique explique l'auteur, puisque les contraceptifs suppriment les œstrogènes et la progestérone pour empêcher la grossesse, des hormones préalablement associées à la mémoire de l'hémisphère gauche. D'autres études suggèrent que les niveaux d'hormones de stress dépendent aussi des niveaux d'hormones sexuelles. Ces résultats suggèrent à nouveau l'influence des œstrogènes sur la mémoire des événements émotionnels.

Emotions ou détails ? Dans l'étude, les femmes participantes, soit sous contraception hormonale, soit témoins et appariées, ont visionné des photos d'une mère, de son fils et d'un accident de voiture. La bande audio différait pendant la projection, parfois la voiture réussissait à freiner, parfois la voiture avait un accident et le garçon était blessé. Une semaine plus tard, les participantes étaient interrogées par surprise. Les femmes utilisant des contraceptifs hormonaux se souvenaient plus précisément des étapes « dramatiques » de la séquence, l'accident, le transport du garçon à l'hôpital, l'intervention médicale pour lui sauver la vie, alors que les femmes sans contraceptifs se rappelaient plus des détails comme, par exemple, une bouche d'incendie à côté de la voiture.

Ces résultats pourraient aussi expliquer pourquoi les femmes sont plus sujettes au syndrome de stress post-traumatique que les hommes et pourquoi la mémoire des hommes et des femmes fonctionne différemment. Les hommes « s'appuient » davantage sur l'activité cérébrale de l'hémisphère droit pour mémoriser et retiennent l'essentiel plutôt que les détails. Les femmes sous pilule ont une mémoire « plus émotionnelle » associée à l'hémisphère gauche. En synthèse, la contraception hormonale et les hormones sexuelles tout simplement influencent la mémoire pour un événement émotionnel.

Sources: University of California, Neurobiology of Learning and Memory Volume 96, Issue 2, September 2011, Pages 378-384 doi:10.1016/j.nlm.2011.06.013 “Hormonal contraception usage is associated with altered memory for an emotional story” (Visuel NHS)

Lire aussi: PILULE contraceptive et prise de poids : Mythe ou réalité ? -

Autres actualités sur le même thème