Vous recherchez une actualité
Actualités

PILULES de 3è génération: La Fédération des Médecins de France demande le retrait d'AMM

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 1 semaine
FMF

Reconnaissant un risque accru de thromboembolie veineuse (TEV) avec les pilules dites de 3ème génération, le Ministre de la Santé, Marisol Touraine a pris la décision de mettre fin au remboursement des pilules contraceptives de 3ème génération dès le 31 mars 2013 au lieu de fin septembre 2013 et demande la prescription de ces pilules en seconde intention. Cependant, la Fédération des Médecins de France (FMF), qui a organisé un dialogue auprès de ses adhérents, en particulier les médecins généralistes, gynécologues, dermatologues et endocrinologues a décidé de porter plainte contre l’ANSM, l’objet de la plainte étant de demander le retrait d’AMM de ces pilules.

« La FMF engage cette procédure afin d'obliger l'ANSM à argumenter clairement sa position au lieu de jouer à la politique du parapluie en laissant en première ligne chaque professionnel de santé au moment où des patients portent plainte. La FMF rappelle que : · Si un médicament est dangereux et que le rapport bénéfice/risque est défavorable, ce médicament doit être suspendu ou retiré. · Si un médicament est dangereux, le non remboursement n'enlève rien à sa dangerosité. · Si un médicament est dangereux, comment se fait-il que les gouvernements et leurs organismes satellites dédiés ne s'en aperçoivent que plus de 10 ans après les premières alertes scientifiques et aient laissé les génériques se développer ? Un gouvernement responsable est un gouvernement qui sait prendre des décisions réfléchies, assume ses responsabilités et ne reproche pas au prescripteur ce qu'il n'est pas en situation de gérer. La FMF rappelle que la prescription médicamenteuse doit être médicale et que la pharmacopée qui est à la disposition des médecins est sous la responsabilité des organismes qui en donnent l'autorisation de mise sur le marché ».


Alors que le débat sanitaire sur les pilules de 3ème génération et leur risque de thromboembolie veineuse (TEV) ou de thrombose artérielle dure depuis maintenant plus de 3 ans, que 10.000 plaintes se sont accumulées aux Etats-Unis, quelques dizaines en France, il semble légitime de se poser la question d'interdire purement et simplement ce type de contraception. Cependant, un obstacle d'importance, ces pilules de 3ème génération représentent aujourd'hui 50% des pilules contraceptives utilisées en France.

Autres actualités sur le même thème