Vous recherchez une actualité
Actualités

POLYKYSTOSE RÉNALE: Des agrumes contre les kystes

Actualité publiée il y a 6 années 2 semaines 3 jours
Journal of Pharmacology

Un composé, la naringénine, un antioxydant des pamplemousses et autres agrumes, capable de bloquer la formation de kystes dans les reins, c’est ce que viennent d’identifier ces chercheurs britanniques, qui publient dans le British Journal of Pharmacology. Alors que la polykystose rénale (PKR) touche plus d’une personne sur 1.000, cette piste « naturelle » ouvre un espoir de nouveau traitement.

La polykystose rénale est l'une des maladies génétiques les plus fréquentes, elle touche 80 à 100.000 personnes en France et plus de 10 millions de personnes dans le monde. Elle se manifeste par l'apparition progressive de kystes, qui en grossissant détruisent les reins et conduisent à l'insuffisance rénale partielle puis terminale. Elle conduit ainsi à la perte de la fonction rénale, à l'hypertension artérielle et peut nécessiter la dialyse. Peu d'options thérapeutiques sont aujourd'hui disponibles.


Cette équipe de scientifiques de l'Université Royal Holloway, St George, de l'Université de Londres et de la Kingston University (Londres) a utilisé une amibe unicellulaire, «Dictyostelium » pour parvenir à identifier le rôle de la naringénine. L'équipe a déclenché sur une lignée cellulaire rénale, la formation de kystes dans ces cellules. En ajoutant la naringénine, ils parviennent à bloquer la formation des kystes. Ils constatent aussi que lorsque les niveaux de la protéine PKD2 sont réduits dans les cellules rénales, la formation de kystes est bloquée, ce qui confirme la relation naringénine, PKD2 et formation des kystes.

Une étape importante pour pouvoir mieux contrôler la maladie rénale polykystique, conclut le professeur Robin Williams du Royal Holloway, auteur principal de l'étude. Une étude est déjà en cours pour mieux cerner l'action de la naringénine au niveau moléculaire et la fonction de la protéine PKD2 comme régulateur de la croissance cellulaire.

C'est enfin un autre exemple de composé chimique naturel qui peut permettre le développement de nouveaux médicaments.

A noter, la naringénine, pourrait également aider les diabétiques en favorisant le métabolisme de la graisse par le foie et en augmentant la sensibilité à l'insuline.

Source: The British Journal of Pharmacology 1 Oct, 2013 DOI: 10.1111/bph.12443 Naringenin inhibits the growth of Dictyostelium and MDCK-derived cysts in a polycystin-2 (TRPP2)-dependent manner (Visuel© serenacar - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités sur l'Insuffisance rénale

Autres actualités sur le même thème