Vous recherchez une actualité
Actualités

Rien ne sert de prendre du soja à la MÉNOPAUSE

Actualité publiée il y a 8 années 11 mois 3 semaines
Archives of Internal Medicine

Car, selon cette étude, une supplémentation en soja, contrairement aux idées reçues, n’est pas associée à la réduction de la perte osseuse ou au traitement des symptômes de la ménopause chez les femmes. Du moins, dans les 5 premières années. Ces résultats, publiés dans l’édition du 8 août des Archives of Internal Medicine, l'une des revues du JAMA mettent fin au mythe des bénéfices des d'isoflavones de soja dans la prévention et la prise en charge des symptômes de la ménopause.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les premiers stades de la ménopause sont souvent accompagnés d'une perte osseuse rapide, de bouffées de chaleur, de sécheresse vaginale et de troubles du sommeil, entre autres symptômes,rappellent les auteurs de l'article, de l'Université de Miami. "L'estrogénothérapie, avec ou sans progestérone empêche la plupart de ces changements. Toutefois, les résultats de grandes études cohortes (dont la Women's Health Initiative) suggèrent que l'ensemble des risques l'emportent sur les bénéfices. Alors, des produits dérivés du soja ont été proposés aux femmes pour offrir des avantages comparables aux oestrogènes, mais sans les risques…


Le Dr. Silvina Levis, de la Miller School of Medicine, Université de Miami, a mené cet essai randomisé contrôlé de juillet 2004 à mars 2009 pour déterminer l'efficacité des comprimés d'isoflavones de soja dans la prévention de la perte osseuse et des autres symptômes de la ménopause. Les 248 participantes, âgées de 45 à 60 ans, dans les 5 premières années de la ménopause, ont reçu une dose équivalente d'isoflavones de soja équivalente à 2 fois la plus forte consommation par la voie alimentaire dans un régime asiatique typique. 126 ont été randomisées dans le groupe recevant un placebo et 122 dans le groupe “Isoflavones de soja” (200 mg par jour).

Isoflavones de soja ou pas, aucune différence significative: Durant les 2 années de suivi, aucune différence significative n'a été observée entre les femmes du groupe isoflavones et le groupe témoin, en ce qui concerne les changements de densité minérale osseuse de la colonne vertébrale (-2% vs -2,3%), de la hanche (-1,2% vs -1,4%) ou le col du fémur (-2,2% vs -2,1%).

Le nombre de symptômes de la ménopause était comparable entre les deux groupes à l'inclusion et la fin de l'étude, à l'exception des bouffées de chaleur. A la fin de l'étude, 48,4% des femmes du groupe isoflavones vs 31,7% des femmes du groupe placebo ont rapporté des bouffées de chaleur. Les auteurs constatent également qu'un nombre plus élevé de femmes dans le groupe isoflavones rapportent la constipation par rapport aux femmes du groupe placebo (31,2% vs 20,6%), mais ce résultat n'était pas statistiquement significatif, précisent les auteurs.

Si 200 mg de comprimés d'isoflavones de soja une fois par jour n'ont pas pu prévenir la perte osseuse ou réduire les symptômes de la ménopause, en raison du risque d'oestrogènothérapie, le besoin d'autres thérapies subsiste, pour prendre en charge les symptômes de la ménopause sans les effets néfastes sur la santé cardiovasculaire, concluent les auteurs.