Vous recherchez une actualité
Actualités

SOLEIL et U.V.: L'insouciance mène au mélanome

Actualité publiée il y a 5 années 4 mois 1 semaine
Newsletter Prévention et dépistage

Qu’ils soient naturels ou artificiels, les U.V. présentent de nombreux dangers et pourtant… l’incidence des mélanomes reste en hausse, en particulier chez les plus jeunes et les hommes. Si 9 Français sur 10 se déclarent bien au courant du risque cancérigène des U.V., les campagnes de prévention restent encore inefficaces sur l’insouciance des vacanciers. Ainsi, on compte plus de 8.000 nouveaux cas de mélanomes chaque année en France -dont près d'un sur deux attribuable aux UV artificiels.

De nombreuses études ont apporté les preuves scientifiques des effets cancérigènes des rayons U.V, effets classés comme « cancérogènes certains pour l'Homme » en 2009 par l'IARC (International Agency for Research on Cancer).


Le nombre de cancers de la peau double pratiquement tous les 10 ans. Les 3 principaux types de cancer de la peau, le carcinome basocellulaire, le carcinome spinocellulaire et le mélanome malin sont associés au rayonnement UV, considéré comme un facteur de risque majeur. Le mélanome cutané constitue ainsi la 6è cause de cancer chez la femme avec 5.100 nouveaux cas estimés, le 8ècancer chez l'homme avec 4.680 nouveaux cas estimés et la 14ème et 12ème cause de décès respectivement chez la femme et chez l'homme correspondant à plus de 1.600 décès chaque année. Entre 1980 et 2005, l'incidence du mélanome de la peau n'a cessé d'augmenter de +3,4% chez la femme et de +4,7% chez l'homme. Ainsi, 3 fois plus de nouveaux cas de mélanomes, qu'il y a 20 ans, liés à l'exposition solaire, sont détectés chaque année.

En France, les mélanomes à pronostic plus sévères augmentent fortement chez les hommes.

Rappeler les précautions de base :

· Au soleil, en respectant les règles de prévention de base comme l'évitement des heures les plus chaudes, le port de vêtements protecteurs, les applications régulières de crèmes solaires (indice de protection >15 en couche suffisante), le risque de cancer de la peau lié à l'exposition aux U.V. est considérablement réduit.

· Et les cabines U.V. ? L'exposition aux U.V. artificiels ne prépare pas la peau à l'exposition solaire! Une seule séance dans une cabine de bronzage UV correspond à une exposition de même durée au soleil de midi sur une plage des Caraïbes sans protection solaire. En évitant l'usage des cabines U.V., 6% des cas de mélanomes cutanés pourraient être évités. Il appartient aux professionnels de santé de rappeler ces mesures de prévention de base, en particulier pour protéger les groupes de populations les plus vulnérables, jeunes enfants ou personnes âgées.

Mieux connaître les facteurs de risque : Certes, il y a l'intensité et la durée de l'exposition, mais le type de peau et les antécédents familiaux sont également des facteurs de risque à prendre en compte. Ainsi, une étude récente, publiée dans la revue Nature, identifie un pigment de la peau, associé à une oxydation et des dommages à l'ADN qui favorise le développement du mélanome : Conclusion, même sans exposition aux rayons U.V., les roux ont un risque plus élevé.

Enfin, rappelons que,

-les rayons U.V. favorisent et accélèrent la propagation des cellules cancéreuses le long des vaisseaux sanguins. Sous l'effet des U.V., un petit cancer de la peau en se propageant vers le cerveau, les poumons, le foie ou d'autres organes, peut devenir mortel ;

-alcool et soleil ne font pas bon ménage : L'acétaldéhyde de l'alcool augmente la sensibilité de la peau à la lumière, entraîne des dommages aux cellules et accroît ainsi jusqu'à 55% le risque de cancer de la peau.

Newsletter Prévention et dépistage en partenariat avec la MGAS

Sources: InVS, Association Sécurité Solaire, IARC, OMS (Visuel@ © contrastwerkstatt - Fotolia.com)

Autres actualités sur le même thème