Vous recherchez une actualité
Actualités

SRAS: Faut-il avoir peur du nouveau coronavirus?

Actualité publiée il y a 7 années 3 semaines 4 heures
HPA-OMS

2 cas d’infection confirmés dans le monde par ce nouveau virus, différent de tous ceux déjà isolés chez l'Homme. Alors la Health Protection Agency britannique, assaillie de questions sur ce nouveau virus ou plutôt coronavirus, qui ressemble étrangement au virus SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) détecté au Royaume-Uni, répond, au 24 septembre, par un communiqué, tout comme le groupe Global Alert and Response (GAR) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le SRAS est une infection virale grave, qui cible principalement les poumons. Le SRAS est causé par une famille de virus appelés coronavirus, dont la virulence varie considérablement. Identifiés dans le milieu des années 1960, ces virus tiennent leur nom de leur couronne. Ils sont assez fragiles, et à l'extérieur du corps, leur temps de survie n'est que d'environ 24 heures. Ils sont facilement détruits par les détergents et produits de désinfection classiques. Leurs effets sont très variables, certains coronavirus peuvent déclencher un simple rhume, d'autres peuvent être mortels. Une importante flambée de cas de SRAS avait déjà sévi, principalement en Asie orientale, en 2002 et 2003, faisant 8.096 cas de SRAS et 774 décès. Son taux de mortalité estimé, proche de 10%, est exceptionnellement élevé par rapport de celui la plupart des infections virales, et explique la panique t la nécessité d'une surveillance renforcée.


Un petit nombre de cas recensé au Moyen-Orient ces « derniers mois : Or la Health Protection Agency vient de confirmer le diagnostic de syndrome respiratoire aigu sévère associée à un nouveau type de coronavirus, chez un homme venant du Qatar, actuellement en soins intensifs dans un hôpital de Londres. L'homme s'était rendu préalablement en Arabie saoudite alors que ce coronavirus humain avait été préalablement identifié, au Qatar, chez un autre patient présentant une maladie respiratoire aiguë, décédé depuis. La HPA confirme néanmoins les enquêtes préliminaires n'ont révélé aucun signe de maladie chez des personnes qui ont été en contact avec ces deux cas, y compris chez des professionnels de santé. Un petit nombre de cas, en fait, de maladie respiratoire grave aurait été recensé au Moyen-Orient au cours de ces 3 derniers mois, rapporte la HPA, mais sans aucun lien avéré entre ces différents cas.

Il n'y a pas assez d'informations à ce stade pour pouvoir formuler des recommandations spécifiques de traitement. Cependant, le protocole standard de traitement des infections respiratoires graves est actuellement utilisé pour traiter le patient londonien. Toutes les mesures d'isolement et d'hygiène barrières ont été mise en œuvre. Cependant, la HRA estime que le virus n'est pas très contagieux, étant donné le très faible nombre de cas confirmés soit 2.
La HPA est néanmoins en train d'élaborer, en liaison avec l'European Center for Disease Control (ECDC) de plus amples recommandations pour les professionnels de santé et pour renforcer la surveillance. À l'heure actuelle il n'existe pas non plus de conseils spécifiques pour les voyageurs et l'OMS n'envisage aucune restriction sur les voyages. L'OMS rappelle néanmoins que les personnes de plus de 65 ans sont particulièrement à risque.

Source: Health Protection Agency online September 24 2012 Questions and answers: novel coronavirus September 2012 et OMS GAR Novel coronavirus infection in the United Kingdom

Lire aussi: H1N1 et SRAS : L'EFFICACITE DES VIRUCIDES ou solutions hydro-alcooliques est incertain

Autres actualités sur le même thème