Vous recherchez une actualité
Actualités

ULCÈRES CUTANÉS: Un pansement en peau humaine pour les ulcères réfractaires

Actualité publiée il y a 5 années 11 mois 2 semaines
Advances in Skin and Wound Care

Cette recherche de l’Université de Laval, présentée dans la revue Advances in Skin and Wound Care propose l’utilisation de pansements de peau humaine pour soigner les ulcères cutanés, en particulier, ceux réfractaires aux traitements courants. Il s’agit de dispositifs de pansements constitués de substituts de peau cultivés in vitro. Ils montrent ici leur efficacité chez des patients atteints d’ulcères veineux de jambe, qui ne parviennent pas à cicatriser.

Ces ulcères peuvent durer des années, sans pouvoir cicatriser, souligne le Dr François A. Auger, auteur principal de l'étude. Les ulcères des membres inférieurs touchent environ 1 % de la population. Il s'agit en effet de plaies difficiles à cicatriser car souvent accompagnées d'infection et d'inflammation. Ces ulcères sont associés au vieillissement, à l'obésité et au diabète, et aux problèmes de circulation sanguine.


Le traitement usuel des ulcères comprend le nettoyage de la plaie, le recours à certains dispositifs de pansements et à la compression. Alors que l'autogreffe cutanée, une autre option thérapeutique, implique le prélèvement de peau sur d'autres surfaces du corps, les chercheurs de Laval ont eu l'idée de cultiver de la peau in vitro pour créer des pansements cutanés sans aucun biomatériau. Le prélèvement de peau du patient, nécessaire au processus de fabrication, est très limité, d' 1 cm2 seulement. Les cellules extraites sont ensuite cultivées in vitro, durant 8 semaines, pour fabriquer ce substitut cutané. Le pansement cutané est ensuite déposé sur l'ulcère comme un pansement et remplacé, si nécessaire, chaque semaine. C'est à la fois une barrière physique mais également un pansement cicatrisant.

Des tests concluants sur 5 patients : Avec ce nouveau dispositif en peau humaine, seules 7 semaines en moyenne ont été nécessaires pour venir à bout de 14 ulcères anciens de 6 mois. Les chercheurs envisagent de tester également ce pansement bio pour le soin des brûlures.

Autres actualités sur le même thème