Vous recherchez une actualité
Actualités

APPENDICITE: Médiquer plutôt qu'opérer?

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 4 jours
JAMA

83.000 appendicectomies sont pratiquées chaque année en France, 300.000 aux Etats-Unis. Cette étude finlandaise comparative sur l’efficacité d’un traitement par antibiotiques vs appendicectomie pour le traitement d’une appendicite non compliquée suggère qu’un très grand nombre de ces interventions pourrait être évité. Ces nouvelles données publiées dans le Jama suggèrent l’abandon de l’appendicectomie systématique, conseillent pour les cas non compliqués les antibiotiques en première intention, suivis par une appendicectomie élective pour les patients dont l’état n’est pas amélioré ou qui récidivent.

Parmi les patients avec une appendicite non compliquée, le traitement antibiotique ne répondait pas, jusque-là à un niveau prédéfini d'efficacité garanti par l'appendicectomie. Cependant la plupart des patients ne nécessitent pas une appendicectomie, et les antibiotiques, dans les cas non compliqués d'appendicite peuvent tout à fait traiter l'appendicite avec succès. De plus l'appendicectomie n'est pas, comme toute intervention chirurgicale, sans risque de complications postopératoires, ni sans coûts élevés (hospitalisation, soins).


Le Pr Paulina Salminen de l'Hôpital universitaire de Turku (Finlande) et son équipe ont mené cette étude auprès de 530 patients avec une appendicite aiguë non compliquée confirmée par scanner. A moitié des participants a reçu un traitement antibiotique pendant 10 jours, l'autre moitié a subi une appendicectomie. Les chercheurs considéraient qu'un taux d'échec de 24% dans le groupe « antibiotique » serait acceptable.

· Tous les participants du groupe « chirurgie » sauf un ont été traités avec succès (taux de succès : 99,6%)

· 72,7% des participants du groupe « antibiotique » ne n'avaient pas besoin d'appendicectomie. Car ils ont également été traités avec succès.

· 27,3% des participants du groupe « antibiotique » ont dû finalement subir l'intervention chirurgicale dans l'année du diagnostic de l'appendicite.

· Ces participants, qui ont donc différé une appendicectomie somme toute nécessaire n'ont pas présenté de complications majeures spécifiques.

L'antibiothérapie permet de traiter efficacement, en première intention, les 3 quarts des patients présentant une appendicite aiguë non compliquée, cette absence de complications étant préalablement validée par scanner. Ces résultats ont plusieurs implications :

· L'information des patients sur les options thérapeutiques possibles pour leur permettre une décision éclairée,

· La nécessité de mieux identifier les cas d'appendicite aiguë non compliquée,

· La validation par des études plus larges de l'efficacité de l'antibiothérapie pour le traitement des formes non compliquées et, le cas échéant, l'intégration de l'option en première intention, en pratique clinique.

«Le temps est venu d'envisager l'abandon de l'appendicectomie de routine pour les patients avec une appendicite non compliquée ». Le développement de capacités de diagnostic plus précis et la disponibilité d'antibiotiques efficaces à large spectre doivent permettre de réduire le recours à l'appendicectomie, soulignent, dans un éditorial, un expert du Jama et le Dr Corinne Vons, Coordonnateur de l'unité de chirurgie ambulatoire- Hôpital universitaire Jean Verdier (Bondy, France).

Source: JAMA

doi:10.1001/jama.2015.6154 June 16, 2015 Antibiotic Therapy vs Appendectomy for Treatment of Uncomplicated Acute Appendicitis

doi:10.1001/jama.2015.6266 June 16, 2015 Treating Appendicitis Without Surgery

Académie de Chirurgie Epidémiologie de l'appendicectomie en France

Autres actualités sur le même thème