Vous recherchez une actualité
Actualités

Cabines U.V. : Juste 4 séances par an? 15% de risque de cancer en plus

Actualité publiée il y a 7 années 12 mois 1 jour
American Association for Cancer Research (AACR)

Pour chaque série de 4 séances supplémentaires de bronzage en cabine dans l’année, c’est simple, votre risque de cancer augmente de 15%. Donc un risque accru de cancer de la peau si l’on pratique le bronzage en cabine mais également un risque dose-dépendant. Cette large étude de chercheurs de la Harvard Medical school, présentée à l’American Association for Cancer Research (AACR) alerte à nouveau sur ce risque accru de cancer mortel de la peau lié à l’utilisation des cabines U.V. Et les jeunes sont tout particulièrement à risque.

Une « étude-rappel » qui tombe à pic avec la nouvelle réglementation « en marche » en France. Ces chercheurs confirment l'association entre utilisation des cabines de bronzage et un risque accru pour trois cancers de la peau les plus fréquents, le carcinome basocellulaire, le carcinome spinocellulaire et le mélanome. Ces chercheurs américains rappellent qu'aux Etats-Unis aussi, le bronzage U.V. fait recettes avec environ 10% des Américains utilisateurs d'une cabine de bronzage sur l'année.


L'auteur principal, le Dr. Mingfeng Zhang, chercheur du département de dermatologie de l'Hôpital Brigham and Women et à la Harvard Medical School à Boston a suivi, avec son équipe, de 1989 à 2009, 73.494 infirmières participant à l'étude cohorte bien connue, la Nurses 'Health Study. Ils ont tracé l'utilisation des lits de bronzage durant leurs études secondaires et supérieures puis lorsque ces femmes étaient âgées de 25 à 35 ans. Ils ont également suivi la prévalence des carcinomes basocellulaires, des carcinomes spinocellulaires et des mélanomes.

Association et effet dose-réponse : Les résultats sans appel, confirment que l'utilisation des lits de bronzage est bien associé risque accru de cancer de peau avec un effet dose-réponse. Comparativement aux non-utilisateurs, le risque de carcinome basocellulaire et de carcinome spinocellulaire augmente de 15%, par « tranche » de 4 visites effectuées en cabine de bronzage par an, le risque de mélanome lui, augmente de 11%.

L'utilisation des cabines U.V. durant la période des études secondaires entraîne un effet plus fort sur le risque de carcinome baso-cellulaire, précise le Dr. Zhang. «Ces résultats ont un impact en santé publique sur la prévention du cancer de la peau. Ils doivent être divulgués pour avertir le public des dangers des cabines U.V. et pour promouvoir les restrictions et contrôles sur l'industrie du bronzage en cabine ».

Autres actualités sur le même thème