Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de l'OVAIRE: Une prise quotidienne d'aspirine réduit de 40% le risque

Actualité publiée il y a 7 années 3 mois 2 semaines
Acta Scandinavica Obstetricia et Gynecologica

Cette recherche publiée dans la revue Acta Scandinavica Obstetricia et Gynecologica, conclut qu’une prise quotidienne d'aspirine réduit de 40% le risque d’une forme agressive du cancer de l’ovaire. Ces nouvelles données viennent confirmer de nombreuses études, qui suggèrent, sur d’autres types de cancer, les effets bénéfiques de l’aspirine en prévention.

Le cancer de l'ovaire est le plus meurtrier des cancers de la Femme et 5è cause de décès par cancer chez les femmes des pays développés. Pouvoir réduire ces taux de mortalité élevés par des interventions de prévention, c'est l'objectif poursuivi par le Dr Susanne Kjær du Centre danois de recherche sur le cancer. Alors qu'une utilisation quotidienne d'aspirine a déjà été associée, dans plusieurs études précédentes, à une réduction du risque de mortalité par cancer, son étude a porté sur le rôle des analgésiques dans le développement du cancer de l'ovaire.


Les chercheurs ont utilisé les données d'une étude cas-témoins (Malova) menée de 1995 à 1999 auprès de 756 femmes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire, les cancers étant classés par type de tumeurs (dont 447 carcinomes séreux, 138 mucineux et 171 d'autres types) et auprès d'un groupe témoin de 1.564 femmes âgées de 35 à 79 ans. La consommation d'analgésiques a été estimée par entretien personnel.

Un risque réduit de 40% : L'analyse conclut que les femmes consommant quotidiennement de l'aspirine ont un risque de cancer de l'ovaire séreux réduit de 40% (OR : 0,60). En revanche, les chercheurs n'ont pas identifié de diminution du risque chez les femmes qui utilisent régulièrement des AINS autres que l'aspirine, l'acétaminophène, ou d'autres types d'analgésiques.

Dr Kjaer conclut: «Nos résultats confirment l'effet protecteur de certains analgésiques contre le cancer de l'ovaire, mais cet avantage doit être mis en balance avec les effets indésirables de ces médicaments, comme le risque d'ulcères hémorragiques et gastro-duodénal ». Un éditorial, qui accompagne l'article, dans la même revue, appelle à renforcer les stratégies de prévention contre le cancer de l'ovaire comme, évoque l'éditorialiste, l'ablation des trompes de Fallope (salingectomy bilatérale) chez les patientes à risque.

Quelques données récentes sur aspirine et cancers : Une analyse récente d'essais randomisés sur l'effet d'une prise quotidienne d'aspirine, publiée en mars dernier dans The Lancet, avait suggéré une réduction de 37% de mortalité par cancer chez les utilisateurs d'aspirine pendant 5 ans ou plus. Des chercheurs américains de la Cancer Society, dans une étude publiée en août 2012 dans le Journal of the National Cancer Instituteconstatent qu'une utilisation quotidienne d'aspirine est associée à une réduction du risque de mortalité par cancer, ici de 16%. Cette réduction du risque de décès varie selon les cancers, allant de 12% pour les cancers hors tube digestif à 40% pour les cancers de l'œsophage, de l'estomac et le cancer colorectal.

Sources: Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica online August 15, 2012 DOI: 10.1111/j.1600-0412.2012.01472.x Use of Analgesic Drugs and Risk Of Ovarian Cancer: Results from a Danish Case–Control Study DOI:10.1111/j.1600-0412.2012.01484.x Prevention of Ovarian cancer – Let's Do Something (Visuel NIH)

Accéder aux dernières actualités sur le Cancer de l'Ovaire, sur l'Aspirine

Autres actualités sur le même thème