Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIMIOTHÉRAPIE: Plantes médicinales et compléments, attention au risque d'interaction

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 1 semaine
Northwestern Memorial hospital

Attention, acai berry, cumin, thés, curcuma ou encore l'ail, tous ces suppléments dits naturels à l’image bénéfique pour la santé peuvent nuire à un traitement de chimiothérapie, selon ce nouveau rapport présenté au dernier congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) de Chicago. Les chercheurs du Northwestern Memorial Hospital nous expliquent que ces suppléments peuvent intensifier ou atténuer les effets de la chimiothérapie et peuvent, dans certains cas, entraîner un effet toxique voire une réaction mortelle. Ces médecins exhortent les patients atteints de cancer de discuter préalablement de la prise de ces suppléments avec leur médecin avant de commencer leur traitement.

«Avec le développement de l'Internet, les patients ont un meilleur accès à l'information sur les produits alternatifs et souvent se tournent spontanément vers les suppléments alimentaires et les plantes pour traiter leur maladie parce qu'ils les pensent naturels et sans danger", rappelle le Dr. June McKoy, gériatre au Northwestern Memorial Hospital, directeur du département oncologie gériatrique de l'Université Northwestern et auteur principal de cette présentation à l'ASCO."Ce que les gens ne réalisent pas est que ces suppléments sont bien plus que des vitamines et peuvent contrecarrer des thérapies médicales s'ils ne pas pris à bon escient".


50% des patients subissant une chimiothérapie ne disent pas à leur médecin qu'ils suivent aussi des thérapies alternatives. Des approches alternatives peuvent parfois être bénéfiques pour ces patients mais il est important d'adopter ces approches au bon moment et sous la supervision de son médecin, rappelent les auteurs. “Les thérapies telles que le massage, l'acupuncture et la méditation peuvent répondre à des besoins importants pour le patient en atténuant le stress, la douleur et en aidant à faire face", explique le Dr. Melinda Ring, directeur médical.

Les auteurs soulignent enfin l'importance pour les médecins et les patients d'être plus conscients du risque d'interaction et encourage la communication médecin-patient sur toutes les prises de suppléments afin de prévenir les interactions médicamenteuses dangereuses.