Vous recherchez une actualité
Actualités

DIURÉTIQUE mal conditionné: Suspicion d'un premier décès

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 1 semaine
Sécurité du Médicament

Il existe un risque de coma pour les patients déjà traités par des somnifères ou tranquillisants avait prévenu l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) le 8 juin, à la suite du problème de conditionnement de boites de Furosémide TEVA 40 mg, un médicament diurétique, remplacé, dans certains lots, par des comprimés d’un somnifère (zopiclone /Imovane). Le décès d’un homme, âgé de 92 ans, des suites d'un œdème pulmonaire, après avoir pris durant plusieurs jours le somnifère à la place du diurétique, vient de déclencher l’ouverture d’une enquête.

Un médecin du SMUR aurait découvert au chevet du patient des boîtes entamées appartenant aux lots incriminés. L'autopsie doit encore confirmer la cause du décès.


L'ANSM avait fait rappeler des pharmacies, l'ensemble des lots concernés, soit près de 200.000 unités et ouvert un numéro vert (0800 51 34 11), demandé aux patients de rapporter, le cas échéant, leurs boîtes de Furosémide et aux familles et aux voisins de patients traités par Furosémide de s'assurer au plus vite de leur état de santé.

La zopiclone (Imovane) est un somnifère qui induit en quelques minutes une somnolence puis le sommeil. Son effet dure quelques heures, parfois un ou deux jours chez les personnes âgées ou sensibles. Si, selon l'avis de l'ANSM, le médicament ne présente pas d'autres risques immédiats que ceux directement liés à son action somnifère, il peut entraîner des chutes donc des fractures et traumatismes et induire un risque de somnolence pour les conducteurs de véhicules. L'arrêt du traitement par Furosémide a lui-aussi ses effets indésirables, comme une augmentation des œdèmes ou une poussée d'insuffisance cardiaque.

Autres actualités sur le même thème

Pages