Vous recherchez une actualité
Actualités

GRIPPE: Et si en réalité le paracétamol n'était pas efficace?

Actualité publiée il y a 4 années 11 mois 3 semaines
Respirology

Le paracétamol, indiqué pour soulager la douleur et la fièvre « risque » de ne pas soulager du tout les symptômes d’une grippe sévère, selon cette étude de médecins néozélandais. Pourquoi ? Car même si ce n’est pas son effet indiqué, le paracétamol n’a aucun effet sur la charge virale grippale dans le corps. Les conclusions, présentées dans la revue Respirology, confirment que si le paracétamol peut être un complément utile en cas de fièvre et douleurs légères à modérées, il ne permet pas de combattre les effets globaux de l'infection ou de soulager les symptômes d’une infection grippale sévère.


Les chercheurs de l'Institut de recherche médicale de Nouvelle-Zélande et de l'Université d'Otago, ont suivi 80 participants atteints de la grippe, répartis pour prendre, durant 5 jours, soit du paracétamol (1g, 4 x/jour), soit un placebo. Les participants, âgés de 18 à 65 ans, présentaient les symptômes de la grippe, des antécédents de fièvre et/ou une température > à 37.8C et au moins un symptôme (toux, mal de gorge, nez qui coule, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue générale) depuis au moins 48 heures. Les chercheurs ont évalué la charge virale des patients, pris leur température corporelle et pris en compte les autres symptômes de la grippe. Les participants ont également reçu un antiviral (oseltamivir) durant 5 jours et des analgésiques supplémentaires (codéine) en cas de besoin. Le principal critère de l'étude était la charge virale grippale, telle qu'évaluée à 24 heures (jour 1), à 48 heures (jour 2) et à 120 heures (jour 5). Les critères secondaires : la fièvre inclus et les autres symptômes de la grippe. En fin de compte,

Ø l'analyse n'identifie aucune différence entre les deux groupes quel que soit le critère :

· L'évolution de la charge virale a 5 jours n'est pas été significativement différente entre les 2 groupes.

· ni la température (maximum ou moyenne quotidienne),

· ni les symptômes,

· ni le temps de récupération,

· ni l'état de santé global.

· Ni le soulagement de la douleur lié à la codéine réclamée (soit une moyenne de 30 mg au cours des 2 premiers jours).

L'adhésion au traitement semble « intuitivement » refléter l'absence d'effet du paracétamol contre l'infection grippale, car l'adhésion au médicament (paracétamol ou placebo) diminue à 3 à 5 jours plus dans le groupe « paracétamol » (88%) que dans le groupe témoin (94%).

Ainsi, la prise régulière de paracétamol pendant la grippe, n'a aucun effet sur la charge virale, la température ou les symptômes cliniques et les chercheurs qualifient « d'insuffisantes » les preuves pour l'utilisation de paracétamol dans le traitement de l'infection grippale. On sait que le paracétamol est un médicament destiné à traiter la fièvre et les douleurs légères à modérées, et non à guérir l'infection, ce qui peut nécessiter un médicament antiviral.

Autres actualités sur le même thème