Vous recherchez une actualité
Actualités

HÉPATITE C et drogues injectables: En France, le virus atteint 3 usagers sur 4

Actualité publiée il y a 9 années 6 jours 16 heures
The Lancet

En France, 74% des usagers de drogues injectables ont été exposés au virus de l’hépatite C. C’est beaucoup et dans la triste moyenne de ces toutes premières estimations mondiales de prévalence de l'hépatite B (VHB) et l'hépatite C (VHC) chez les usagers de drogues injectables (UDI). Environ 10 millions de consommateurs de drogues injectables ont été exposés au virus de l’hépatite C (de 6 à 15 millions), soit environ 67% de la population mondiale des UDI, alors que 1,3 millions seraient infectés par le VHB selon ces auteurs du Centre For Population Health (Melbourne) et du National Drug and Alcohol Research Centre de l’Université de New South Wales (UNSW).

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ouvrir l'accès au traitement pour l'hépatite C: La réponse de santé publique pour la transmission sanguine du virus chez les UDI est la même que pour le VIH, donc cela signifie qu'autant pour les hépatites que pour le VIH, le renforcement de la réponse au VIH chez les UDI reste cruciale. La question est la même aussi, il s'agit d'ouvrir l'accès au traitement antiviral de l'hépatite (l'interféron et la ribavirine) comme il s'agit de donner accès aux antirétroviraux pour la prise en charge du VIH. Environ 80% des individus exposés au VHC développent une infection chronique, et 3% développeront une cirrhose du foie dans les 20 ans, avec les risques associés d'insuffisance hépatique et de cancer du foie. L'accès aux traitements pour l'hépatite virale doit donc être renforcé, et même dans les pays à revenu élevé, précisent les auteurs, les dernières données indiquant que seule une minorité des personnes vivant avec le virus reçoivent actuellement un traitement. Une des raisons de cette insuffisance d'accès au traitement est aussi son coût élevé, ce qui restera un obstacle important à l'augmentation de la couverture des traitements dans les pays les plus démunis.


La vaccination contre le VHB doit être généralisée: Le VHB est transmis par voie parentérale, sexuelle et par transmission de la mère à l'enfant. Environ 5% des adultes exposés au VHB développent une infection chronique, comparativement à 90% des nourrissons, c'est pourquoi la grande majorité des 350 millions de personnes infectées dans le monde ont été infectées dans l'enfance. La vaccination généralisée des nourrissons contre l'hépatite B est donc cruciale pour le contrôle à long terme du virus, le deuxième facteur carcinogène humain connu, après le tabac.

Pour l'hépatite C,

· pour 25 pays, 60% en moyenne des UDI sont exposés au VHC:

- Espagne : 80%

- Norvège: 76%

- Allemagne: 75%

- France: 74%

- Etats-Unis: 73%

- Chine: 67%

- Canada: 64%

· Dans 12 autres pays plus de 80% des UDI sont exposés au VHC (Italie: 81%, Portugal: 83%, Pakistan: 84%, Pays-Bas: 86%, Thaïlande: 90% et Mexique: 97%).

· Les autres pays avaient tous une prévalence plus faible.


Pour l'hépatite B,
les estimations de prévalence vont de 5% dans 21 pays à plus de 10% dans dix pays, dont les Etats-Unis à 12%. Le Royaume-Uni présente le taux le plus élevé d'Europe (9%). Dans le monde, les plus forts taux concernent le Vietnam (20%), l'Estonie (19%), l'Arabie saoudite (18%) et Taiwan (17%). Les auteurs estiment que globalement 6 millions de consommateurs de drogues injectables ont déjà été infecté par le VHB (anticorps anti-HBc positifs).

Cette prévalence des hépatites reflète une déficience de la surveillance de l'hépatite virale chez les usagers de drogues injectables. Cette étude apporte des données significatives et suffisamment puissantes pour attirer l'attention sur le problème de l'hépatite virale chez les UDI. La prochaine étape, concluent les auteurs, sera d'inciter les gouvernements à l'action.