Vous recherchez une actualité
Actualités

HORMONE de CROISSANCE : Son déficit protège contre tout risque de cancer et de diabète

Actualité publiée il y a 9 années 3 mois 2 semaines
Science Translational Medicine et Science

Une nouvelle étude montre qu’une communauté équatorienne, particulièrement atteinte du syndrome de Laron, un type rare de nanisme lié à une anomalie génétique qui les empêche de répondre à l'hormone de croissance, ne sont quasiment jamais atteints de cancer et de diabète. Ces résultats, qui confirment un lien souvent suggéré entre activité faible de l’hormone de croissance et protection contre ces deux maladies, sont publiés dans l’édition du 16 février de la revue Science Translational Medicine et commentés dans la revue Science du 18 février. Ces conclusions ouvrent l’espoir de nouveaux traitements préventifs ciblés sur des familles à niveaux élevés de facteur de croissance ou particulièrement touchées par les cancers.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Le syndrome de Laron est une maladie congénitale liée à un déficit du récepteur à l'hormone de croissance, une insensibilité complète à l'hormone de croissance caractérisée par une très petite taille associée à des taux sériques normaux ou élevés d'hormone de croissance (GH) et des taux faibles de IGF-1 (insulin-like growth factor-1). Environ 250 cas ont à ce jour été documentés.


Cette étude à long terme, de 22 années, menée sur cette communauté équatorienne vivant dans la Cordillère des Andes, associe l'absence de cancer ou de diabète avec une activité faible de l'hormone de croissance et suggère qu'un retard de croissance peut également protéger de ces maladies . Une base pour envisager la possibilité d'atteindre une protection similaire par de nouveaux médicaments. Menée par une équipe internationale, dirigée par le biologiste cellulaire Valter Longo, de l'Université de Californie du Sud et par Jaime Aguirre-Guevara , endocrinologue en Equateur, l'étude a suivi 100 membres de cette communauté, atteints du syndrome de Laron et 1.600 familles de taille normale.

En plus de 22 ans, l'équipe n'a documenté aucun cas de diabète et un seul cas non mortel de cancer chez 100 participants atteints du syndrome de Laron. Parmi les sujets témoins qui vivent dans les mêmes villes et au cours de la même période, seuls 5% ont été diagnostiqués avec le diabète et 17% avec un cancer. Le Dr. Longo et son équipe ont conclu que l'activité de l'hormone de croissance a, aussi, « de nombreux inconvénients ».

«Les sujets avec une déficience du récepteur de l'hormone de croissance ne sont pas vulnérables à ces 2 principales maladies et ont aussi une très faible incidence d'AVC. Bien que tous ces sujets déficients en hormone de croissance semblent relativement heureux et normaux et sont connus pour avoir une fonction cognitive normale, beaucoup de décès sont liés à l'alcool ».

Pour les chercheurs, l'hypothèse d'un traitement préventif possible serait de cibler des adultes ayant une activité de l'hormone de croissance élevée pour ramener cette activité à la moyenne (et non pas de réduire cette activité au niveau du syndrome de Laron). Si des niveaux élevés de facteur de croissance est un facteur de risque de cancer confirmé, alors un médicament qui réduirait le facteur de croissance pourrait devenir ce que la statine est au cholestérol. Ces médicaments seraient réservés dans un premier temps aux familles présentant une très forte incidence du cancer ou du diabète.