Vous recherchez une actualité
Actualités

Journée internationale de la FEMME : Trop souvent, être femme, c'est être vulnérable

Actualité publiée il y a 10 années 9 mois 1 jour
ONU

C’est une journée centenaire pour faire de l’égalité une réalité, car l’année 2011 marque le 100e anniversaire de la Journée internationale de la femme. Accès à l’éducation, à la santé, au respect et à la décision, les revendications sont toujours nombreuses, les espoirs aussi, de sortie d’une discrimination qui nuit, en réalité, à l’ensemble de la société.

La journée de la Femme a été commémorée pour la première fois le 19 Mars 1911 à en Autriche, au Danemark, en Allemagne et en Suisse, après sa création lors de la réunion de l'Internationale Socialiste de l'année précédente. Plus d'un million de femmes et d'hommes participaient alors à cette première commémoration. En 1975, alors Année internationale de la femme, l'Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer le 8 Mars comme la Journée internationale de la femme. Deux ans plus tard, en Décembre 1977, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté une résolution proclamant cette Journée dévolue aux droits de la Femme.


Ce n'est pas seulement les femmes qui paient le prix de cette discrimination. La qualité de notre démocratie, la force de notre économie, la santé de nos sociétés et la durabilité de la paix en pâtissent, rappelle Michelle Bachelet, Directrice des droits de la Femme à l'Onu.

Ce 8 Mars 2011, le thème de la Journée est « l'égalité d'accès à l'éducation, à la formation, à la science et à la technologie: Une voie vers un travail décent pour les femmes ». Près des deux tiers des adultes analphabètes sont des femmes. Toutes les 90 secondes de chaque jour, une femme meurt pendant sa grossesse ou en raison de complications liées à l'accouchement, partout dans le monde, les femmes continuent à gagner moins que les hommes pour le même travail. Dans de nombreux pays, les femmes ont un accès inégal aux droits de succession. Sur un plan pratique, les téléphones cellulaires et l'Internet, peuvent permettre aux femmes d'améliorer la santé et le bien-être de leur famille, profiter de nouvelles opportunités de revenus, se protéger contre l'exploitation et la vulnérabilité, avoir accès à de l'information. L'accès à ces outils, soutenu par l'éducation et la formation, peut aider les femmes à briser le cycle de la pauvreté, combattre l'injustice et exercer leurs droits. A cette occasion, Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU rappelle que bien que l'écart entre les sexes dans l'éducation se réduit peu à peu, il existe toujours de grandes différences au sein des pays, et beaucoup trop de jeunes filles se voient encore refuser l'école, la quittent prématurément et se retrouvent avec trop peu de compétences et moins d'opportunités.

« Trop souvent, être femme, c'est être vulnérable» : Les femmes et les filles continuent de subir une discrimination inacceptable quand ce n'est pas la violence, de la part de leurs partenaires intimes ou de leurs propres parents. Dans les zones de conflit, la violence sexuelle est délibérément et systématiquement utilisée pour intimider les femmes et des communautés entières.

Un urgent besoin de voir des progrès significatifs pour la santé des femmes et des enfants : En septembre dernier, le Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) a reconnu l'importance centrale de cette question, et les États membres ont promis d'investir en une stratégie mondiale visant à sauver des vies et améliorer la santé des femmes et des enfants au cours des quatre prochaines années.

Plus de femmes dans les Parlements : Moins de 10% des pays ont des femmes chefs d'État (28 en réalité) ou membres du gouvernement. Même lorsque les femmes sont au premier plan en politique, elles sont souvent sous-représentées dans d'autres domaines de la prise de décisions, y compris dans les entreprises et l'industrie. Le Women's Empowerment, une initiative de l'ONU a été adoptée par plus de 130 grandes entreprises pour tenter de corriger ce déséquilibre.