Vous recherchez une actualité
Actualités

L'OBÉSITÉ, facteur de risque de cancer du sein précoce

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 4 jours
Spanish journal Nutrición Hospitalaria

Ces chercheurs de l’Université de Grenade démontrent que les femmes en surpoids ou atteintes d’obésité morbide ont plus de risque de développer un cancer du sein, à un âge précoce. C'est la principale conclusion de cette étude publiée dans la revue Nutrición Hospitalaria qui associe également puberté précoce à risque de cancer précoce.

Cette étude a porté sur 524 femmes atteintes de cancer du sein, suivies à l'hôpital universitaire de de Grenade de janvier 2009 à septembre 2010. Les chercheurs ont évalué l'état nutritionnel de ces patientes (poids normal, obésité et obésité morbide) et leur âge au moment du diagnostic de cancer. Les femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein ont été suivies dans un groupe séparé de l'étude.


Obésité et cancer: Les chercheurs constatent que l'obésité chez les femmes est associée à un diagnostic de cancer du sein à un âge plus jeune. Ce résultat contraste avec les résultats obtenus dans les études précédentes qui démontraient, pour certaines, que les femmes avec IMC plus élevé avaient moins de risques de développer un cancer du sein.

Puberté précoce et cancer précoce: Ils constatent aussi que les femmes qui ont eu leur menstruation à un âge très précoce, soit à l'âge de 9 à 10 ans, développent un cancer du sein à un âge plus jeune. Le cancer du sein à un âge précoce est donc associé à des règles précoces. Et ce facteur vient s'ajouter à l'obésité morbide dans le risque de cancer précoce.

Bien que antécédents familiaux soient également des facteurs très pertinents (jusqu'à 18% des cancers du sein chez les femmes obèses présentaient un facteur génétique), cette étude montre que l'obésité en particulier morbide, est un des facteurs les plus pertinents dans le développement précoce du cancer du sein.

Une étude de fin 2010, publiée dans la revue Nature Genetics avait déjà montré que l'apparition des premières règles chez les filles, un marqueur largement utilisé de maturation pubertaire, dépend fortement de l'état nutritionnel et est prédicteur de nombreux risques plus tard dans la vie, dont le risque de cancer du sein, cancer de l'endomètre, obésité, diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires.

Source: Spanish journalNutrición Hospitalaria et University of Granada (2011, October 17). Obese women have higher risk of suffering breast cancer, Spanish study finds.(Visuel © Marcin Sadlowski - Fotolia.com)

Lire aussi: OBÉSITÉ et âge de la PUBERTÉ : Une nouvelle étude confirme le lien génétique -

Autres actualités sur le même thème