Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIES VECTORIELLES: Ces moustiques qui envahissent le monde

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 3 semaines
ECDC

Ils s’appellent Aedes aegypti, Aedes albopictus, Aedes japonicus, Aedes atropalpus et Aedes koreicus –pour n‘en citer que quelques-uns, et ils sont parmi les agents responsables de maladies parmi les plus répandues, telles que le chikungunya ou la dengue. Alors que jusque-là en Europe, le nombre de maladies transmises par les moustiques et leur risque d'épidémie restait faible, l’image est en train de se modifier : L’incidence mondiale de ces maladies vectorielles augmente et leur répartition géographique s’élargit. L’Europe et son agence de surveillance ECDC viennent de publier plusieurs rapports documentant cette « invasion » qui appellent à prendre de nouvelles mesures de toute urgence.

Aedes aegypti transmet le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune, l'infection à zika et l'encéphalite japonaise, son cousin, Aedes albopictus est également vecteur de la dengue, et de l'encéphalite japonaise comme Aedes koreicus et Aedes atropalpus qui transmet en plus le virus du Nil occidental. La plupart de ces maladies ne disposent pas de vaccin (ou alors de stocks limités) et de traitement spécifique. Le climat et les mouvements de population liés à la mondialisation sont des facteurs majeurs des évolutions qualifiées de dramatiques dans la diffusion de ces maladies dans l'avenir. Les différents virus pourraient faire leur apparition dans des régions jusque-là à faible risque, comme l'Europe et se propager encore plus vite dans certaines régions déjà fortement affectées. Les récentes épidémies européennes autochtones de dengue et de chikungunya apportent des preuves tangibles de cette nouvelle vulnérabilité européenne.


La surveillance épidémiologique reste le principal outil de l'Europe pour lutter contre ces pathogènes et en particulier contre leurs vecteurs. Car l'élimination du vecteur empêche les nouveaux cas. L'Europe a déjà son plan de surveillance (voir schéma de gauche- cliquer) qui planifie les actions et les décisions en fonction du stade de la maladie (épidémique ou pas), les niveaux d'intensité et les paramètres liés à la capacité de transmission vectorielle.

Des cartes vectorielles (cliquer sur Carte ci-contre), régulièrement mises à jour constituent un outil encore plus récent de suivi de la répartition géographique des tiques, phlébotomes (petits moucherons vecteurs) et les moustiques en Europe. Ces cartes apportent de nouvelles informations sur la présence d'espèces de moustiques exotiques en Europe en particulier sur l'Aedes albopictus en France et autres membres de l'UE, ou sur d'autres espèces encore nouvelles en Europe comme Aedes japonicus en Autriche, en Hongrie, aux Pays-Bas et en Slovénie. Ces cartes de surveillance sont issues de VectorNet, une initiative de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'ECDC qui s'appuie sur la collecte de données sur ces vecteurs à partir de données de santé animale et humaine.

Les maladies à transmission vectorielle, une priorité sanitaire pour l'Europe: Les maladies à transmission vectorielle, dont celles transmises par les moustiques sont désormais considérées comme une priorité de Santé publique par les Autorités européennes, et devraient également l'être par les Etats membres. En France, c'est la mission de l'institut de veille sanitaire (InVS) qui gère une masse de données actualisées, qu'il met à la disposition des pouvoirs publics, des professionnels de santé et du public. L'InVS fait régulièrement le point sur la surveillance des maladies importées comme la maladie à virus du Nil occidental dont la circulation en France est surveillée depuis 2004 par 3 ministères : Santé, Agriculture, Environnement.

Cependant, dans certains pays, la surveillance des moustiques reste limitée et le besoin de mise en œuvre de systèmes de surveillance des moustiques reste insatisfait, non seulement pour les entomologistes, mais aussi pour les autorités de santé publique et vétérinaires. L'ECDC a donc en 2012 mis à disposition un document d'orientation et vient de publier de nouvelles directives de surveillance au sein de l'Europe permettant d'évaluer le risque de maladies transmises par les moustiques. Une évaluation qui, cependant, nécessite des données fiables sur le vecteur, la biologie, l'écologie et la phénologie.

Source: ECDC Technical Report Guidelines for the surveillance of native mosquitoes in Europe

ECDC Mosquito maps

Lire aussi : MALADIES EMERGENTES, Dengue, Chik et West Nile : L'épidémiologie, notre seul « vaccin » -

Autres actualités sur le même thème