Vous recherchez une actualité
Actualités

MERCURE et risque de TDAH: Peut-on consommer du poisson pendant la grossesse?

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 1 semaine
Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine

L'exposition de la mère au mercure, même à niveau faible, par la consommation de certains poissons par exemple, durant la grossesse, expose l’enfant à un risque accru de Trouble de déficit de l'attention- hyperactivité (TDAH), avertissent ces chercheurs du Brigham and Women Hospital et de l’Université de Boston. Des résultats publiés dans l’édition du 8 octobre des Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine qui suggèrent aussi que tous les poissons ne sont évidemment pas à bannir durant la grossesse.

Le TDAH touche environ un enfant sur 10 sans que les causes de ce trouble soient bien comprises. Si, ici, les auteurs, le Dr Susan Korrick du BWH et le Pr Sharon Sagiv de l'Université de Boston School of Public Health associent un niveau faible d'exposition prénatale au mercure à un risque accru de TDAH, ils montrent aussi que la consommation de poisson durant la grossesse reste possible avec, tous ces bénéfices nutritionnels, sans risquer l'exposition au mercure. Des Résultats de détail, qui montrent la difficulté de trouver aujourd'hui le bon rapport bénéfice-risque pour certains aliments, entre qualités nutritionnelles et exposition à des substances toxiques.


Car l'étude fournit ainsi un message de santé publique important, appelant d'une part à informer les femmes sur le risque de trouble du développement cérébral associé à l'exposition prénatale au mercure et d'autre part à s'informer sur les nutriments présents dans nos aliments, et ici dans les poissons. Les chercheurs ont étudié l'environnement prénatal de 400 enfants, nés entre 1993 et ​​1998, par prélèvement, peu après leur naissance puis analyse, de cheveux de leurs mères. Les mères ont également répondu à un questionnaire sur leur consommation de poisson durant la grossesse. A l'âge de 8 ans, les enfants ont passé des tests de détection de TDAH.

Les auteurs constatent une prévalence accru de TDAH chez les enfants des mères les plus exposées soit, avec des niveaux de mercure élevés dans les cheveux. Des niveaux pourtant inférieurs aux limites maximales d'exposition.

· Ainsi, à partir d'1 μg/ g ou plus, le risque de trouble léger de la concentration est accru de 40% (RR : 1,4 IC : 95% de 1,0-1,8) et celui d'hyperactivité de 70% (RR : 1,7 IC 95% de 1,2-2,4), sur un intervalle de 0,5 pg /g.

· Les évaluations neuropsychologiques montrent une association exposition au mercure et troubles du comportement principalement chez les garçons.

· Cependant les chercheurs constatent une réduction du risque de TDAH chez les enfants dont les mères avaient déclaré une consommation, au moins deux fois par semaine de poisson, suggérant la préférence de ces mères, fortement consommatrices, pour des poissons pauvres en mercure (RR : 0,4 IC 95% de 0,2-0,6).

Quels types de poissons sont ou ne sont pas riches en mercure ? Si cette étude n'aborde pas ce point, des études précédentes ont recommandé d'éviter des poissons comme le requin, l'espadon, le thon frais.

Source: Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine doi:10.1001/archpediatrics.2012.1286 online October 2012 Prenatal Exposure to Mercury and Fish Consumption During Pregnancy and Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder–Related Behavior in Children (Visuel © daniel rajszczak - Fotolia.com)

Lire aussi: Exposition au MERCURE: La protéine qui protège notre cerveau

MERCURE: Manger du poisson, une source de risque cardiovasculaire ? -


Interstitiel escarre

Autres actualités sur le même thème

Pages


Interstitiel escarre