Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Ces neurones qui coupent l'appétit au cerveau

Actualité publiée il y a 5 années 2 mois 7 heures
Nature

Des neurones qui coupent l’appétit au cerveau, c’est ce que vient d’identifier cette équipe de l'Université de Washington. Leur découverte, présentée dans Nature, est une nouvelle voie neuronale cible possible pour le développement de thérapies qui favorisent ou réduisent l'appétit.

Car de nombreuses études ont déjà porté sur les circuits neuronaux de l'appétit et de la satiété. Il y avait déjà cette famille de neurones très spécialisée, les neurones à DNPF, qui ne répond qu'aux odeurs de nourriture et dont l'amplitude de la réponse prédit avec une grande précision l'attirance à l'odeur alimentaire (chez la mouche drosophile), · la paire de neurones, nommés Fdg, responsables de la synthèse des informations sur la nourriture et capable de les utiliser pour initier le mécanisme d'alimentation (identifiée chez la drosophile aussi), · les cellules tanycytes, génératrices de neurones régulateurs de l'appétit, · les « RIP-Cre neurons », des neurones en forme d'arc qui libèrent le neurotransmetteur GABA qui régule la dépense énergétique, et, avec cette étude, c'est donc une population de neurones qui coupent l'appétit qui vient d'être identifiée.


Pour identifier cette famille de neurones, les chercheurs ont d'abord recherché, sur l'animal, les différentes causes d'une perte d'appétit. Au-delà de causes naturelles, comme l'infection, des nausées, des douleurs ou tout simplement un apport alimentaire suffisant, ils constatent, par ingénierie génétique, que l'appétit est supprimé lorsque les messages des nerfs de l'intestin, via le nerf vague, activent des neurones spécifiques (CGRP - pour calcitonin gene-related peptide ou peptide relié au gène calcitonine) présents dans une zone du cerveau appelée le noyau parabrachial.

Lorsque les chercheurs activent les neurones CGRP de souris affamées, ils coupent l'appétit au point que les souris s'éloignent de leur nourriture. Lorsqu'ils « désactivent » ces neurones, les souris se remettent à s'alimenter.

L'activation des neurones CGRP régule l'appétit, montre cette expérience sur la souris. Maintenant les chercheurs espèrent identifier tout le circuit neuronal impliqué dans la régulation du comportement alimentaire et pouvoir ainsi concevoir de nouvelles thérapies contre l'obésité.

Autres actualités sur le même thème

Pages