Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Comment son gène FTO nous donne de l'appétit

Actualité publiée il y a 5 années 4 mois 3 semaines
Cell Metabolism

Cette étude de la Columbia montre comment FTO, un gène couramment associé à l'obésité, contribue au gain de poids. Les variations de ce gène affectent indirectement la fonction du cil primaire ou antenne sortant de la membrane de certaines cellules du cerveau et autres cellules ce qui affecte les récepteurs de la leptine, l’hormone de la satiété. Cette étude explique ainsi comment le gène de l'obésité contribue à la prise de poids. Ses conclusions, publiées dans la revue Cell Metabolism et obtenues sur la souris suggèrent qu'il pourrait être possible de réduire l'obésité grâce à des interventions qui modifient la fonction du fameux cil.


Le gène FTO est bien documenté, depuis plusieurs années, comme le gène de la masse grasse, de la prise de poids et de l'obésité. Mais on ignorait comment des altérations de la protéine FTO pouvaient contribuer à l'obésité, en particulier parce que tous les humains portant ces variantes FTO ne sont pas atteints d'obésité.

L'équipe observe ici que chez des souris,

· l'augmentation ou la diminution de l'expression de FTO entraîne une évolution parallèle d'un gène voisin, RPGRIP1L, connu pour jouer un rôle dans la régulation du cil primaire (en vert sur visuel ci-contre). Or des aberrations dans le cil avaient déjà été associées dans des formes rares d'obésité.

· Priver des souris d'une copie de RPGRIP1L, réduit mais n'élimine pas la fonction du gène. Cependant, une copie en moins est associé à un apport alimentaire plus élevé, une prise de poids supérieure et une proportion de masse grasse plus importante.

· Priver des souris des 2 copies de RPGRIP1L entraîne plusieurs dysfonctionnements des effets de la consommation alimentaire.

· L'équipe constate que la déficience de RPGRIP1L chez des souris modèles entraine un dysfonctionnement des récepteurs de la leptine et donc une déficience dans la signalisation de la leptine.

Le rôle du cil dans les formes communes d'obésité : Les chercheurs montrent ainsi que des variations sur FTO affectent indirectement la fonction du cil primaire de certaines cellules. Ces anomalies spécifiques affectent la fonction des récepteurs de la leptine, une hormone suppresseur d'appétit, ce qui finit par affecter la prise de poids et conduit à l'obésité. Le Dr Rudolph L. Leibel, professeur de pédiatrie et de médecine rappelle que la compréhension de ce mécanisme moléculaire de l'obésité permettra de pouvoir les réguler pour induire la perte de poids.

Car ces résultats révèlent un rôle possible du cil primaire dans les formes communes d'obésité. L'équipe poursuit ses recherches sur les différents composants de la voie FTO- RPGRIP1L et le moyen de médier l'action des récepteurs de la leptine.

Source: Cell Metabolism 6 May 2014 DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.cmet.2014.04.009 Hypomorphism for RPGRIP1L, a Ciliary Gene Vicinal to the FTO Locus, Causes Increased Adiposity in Mice

Pour en savoir plus sur FTO, la leptine

(Visuel@ Lab of Rudolph L. Leibel, M.D.)

Autres actualités sur le même thème